AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019 AGP MEF : le gouvernement guinéen et le groupe de la Banque mondiale signent un accord de financement de projet de mobilité et de connectivité rurale AGP Le Président Alpha Condé lance le numéro d’immatriculation de la direction nationale des Impôts

Les 72Heures du Livre mis à profit par Dr Alhassane Chérif pour dédicacer son livre


   

Conakry, 09 mai 2017 (AGP)- Le psychologue clinicien, Dr Alhassane Chérif, écrivain et professeur d’Université, président de Jury du Prix du Jeune écrivain guinéen, a mis les 72Heures du Livre à profit, pour dédicacer son livre, intitulé «Structure de la famille guinéenne, Education, Transmission des valeurs familiales et Citoyenneté», rapporte l’AGP.

C’était mardi, 25 avril 2017, à la Bluezone de la commune de Kaloum à Conakry.

Parus aux éditions L’Harmattan Guinée lors du Salon du Livre de Paris, en mars 2017, le livre Structure de la famille guinéenne, Education, Transmission des valeurs familiales et Citoyenneté, est non seulement un ouvrage qui parle de la structure familiale en Guinée, la complexité de la polygamie, mais aussi de l’éducation, l’autorité à la maison, comment se fait le partage et quel est la place des parents et des grands-parents, du même que de l’adulte social du quartier, quel est sa fonction sur la question d’éducation.

«Vous savez lorsque je suis arrivé en Guinée, j’ai constaté qu’il y a un délitement autour de la structure familiale, surtout au tour des enfants et des jeunes, les valeurs familiales, dont nous nous référions, ont tendance à disparaitre. Les jeunes n’ont plus de repères dans tous les domaines, il n’y a plus les mêmes relations entre les différentes générations, entre les plus jeunes et les plus anciens. Pour ainsi dire, les jeunes n’ont plus autant de respects pour les anciens qu’avant», a expliqué Dr Alhassane Chérif.

Selon lui, il faut remettre tous ces détails en place. «Je ne dis pas que la société ne doit pas évoluer, mais il faut que nous évoluons avec nos propres forces, nos propres valeurs, c’est ainsi que nous allons confronter la mondialisation».

Parlant de la cible majeure de son ouvrage, l’écrivain a indiqué : «Ma cible majeure est la future génération. A travers cette œuvre, c’est une manière de les inciter (la jeunesse) à prendre des bonnes décisions face aux différentes difficultés auxquelles ils seront confrontés à l’avenir. Ce qui m’amène d’ailleurs à penser que cette future génération, qui est bien préparée à la maison, c’est elle qui va être le citoyen du dehors».

Selon le psychologue écrivain, «tout le comportement citoyen que l’individu va avoir à l’extérieur, part de la maison. La façon dont les choses sont préparées, dont l’éducation est donnée, dont les transmissions sont faites, l’enfant se nourrit de tout ça il grandit, il devient un bon citoyen responsable. C’est quand l’enfance est mal rétabli souvent il y a des séquelles qui restent, voire même des frustrations».

Ce livre, je l’ai écrit pour ouvrir le débat, chacun peut venir discuter des choses autour de son inquiétude par rapport à la famille d’aujourd’hui. Chacun de nous à une famille. Ce qui ne rate pas cette possession, cette appropriation, c’est très compliqué la famille, mais on en a toujours besoin pour se construire, a estimé Dr Alhassane Chérif.

Il explique : «Les parents peuvent se dire qu’ils n’ont pas de moyens pour s’occuper de leurs enfants, les ancêtres eux, ont eu ce temps, aujourd’hui nous assistons à une forme de démission des parents. Franchement je pense que l’avènement des nouvelles technologies a brouillé quelques choses dans les relations entre l’enfant et les parents. L’enfant prend un ascendant sur son ainé, parce qu’il a l’impression d’avoir quelques choses de plus que ce dernier».

De la lecture chez les jeunes et du coût des livres, qui part de 250 mille francs guinéens, Dr Chérif a proposé une solution pour que la jeunesse puisse avoir accès aux différents ouvrages : «Il faut que le coût baisse, pour qu’il soit à la porter de tous».

Pour être plus claire il a expliqué en ces termes : «On dit que le guinéen ne lit pas. C’est vrai qu’il y a un moment on n’était pas ouvert à la lecture. Jusqu’en 2011 peut de gens s’intéressaient à la lecture, mais maintenant grâce à des évènements comme, les 72 heures du Livre et aujourd’hui l’évènement mondial que nous accueillons «Conakry Capitale Mondiale du Livre 2017», on est ouvert aux livres».

Seulement, même quant on est ouvert on ne peut pas l’acheter. Moi, je condamne, toute personne qui ne lit pas mon livre, parce qu’il n’a pas les moins pour se l’acheter.

Selon Dr Alhassane Chérif, l’évènement, Conakry Capitale Mondiale du Livre 2017, est une occasion pour tout un chacun d’en faire une réussite. Il y va de notre renommé, car c’est un honneur pour la Guinée d’accueillir le monde. Parce que nous allons vers le sommet du savoir et de la réflexion, même après que ça laisse des impacts positifs, il faut que nous soyons les plus grands intellectuels et lettrés.

Dans la même catégorie