APS LES « JALONS’’ D’UNE IMPRIMERIE NATIONALE DE TYPE NOUVEAU APS LOCALES 2022 : LA CAMPAGNE DÉMARRE LE 8 JANVIER (CNRA) APS LIVERPOOL PROFITE DE LA COMPLICITÉ RETROUVÉE ENTRE MANÉ ET SALAH (MÉDIAS APS THIÈS : LE HAUT CONSEIL DU DIALOGUE SOCIAL LANCE UNE CARAVANE DE FORMATION DES PARTENAIRES SOCIAUX APS EDOUARD MENDY NOMINÉ POUR LE TITRE DE PERSONNALITÉ SPORTIVE AFRICAINE DE L’ANNÉE, DE LA BBC AGP Guinée/football : Le comité de normalisation déjà installé (FIFA) AGP Mamou/commerce : Début des opérations d’enrôlement des opérateurs économiques AIP La Côte d’Ivoire veut se doter d’une agence spatiale ( ministre) AIP La 2ème édition du forum GMES-Afrique planche sur la mise œuvre de la 2nd phase du programme APS IDRISSA DIABIRA RAPPELLE L’IMPORTANCE DE LA DIGITALISATION DE L’ADMINISTRATION

Les autorités maliennes mandatent le Haut Conseil islamique pour des négociations avec les groupes armés


  20 Octobre      15        Politique (19615),

   

Bamako, 20/10/2021 (MAP) – Les autorités de la transition au Mali ont mandaté, mardi, le Haut Conseil islamique, dirigé par Moufa Haïdara, pour qu’il entame des négociations avec les chefs des groupes armés, Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa.

Ces négociations avec les responsables des groupes armés (avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa) ont pour but de «trouver un compromis entre Maliens, pour que la guerre cesse», rapporte  la presse locale, notant que l’ouverture de ces discussions est l’une des recommandations de la conférence d’entente nationale de 2017 ou celles du dialogue national inclusif (DNI) de 2019.

Il s’agit d’engager un processus avec eux et étudier quelles sont leurs revendications, fait savoir la même source.

Selon Moufa Haïdara, le chargé des négociations du Haut Conseil Islamique du Mali (HCI), «Le Mali est un vieil pays traditionnel, nous avons coutume de dialoguer. Quand il y a des grandes crises, on trouve des solutions entre nous».

En avril dernier, à Farabougou, les donzos et les djihadistes avaient signé un accord de cessez-le-feu définitif sous l’égide du Haut Conseil Islamique du Mali, rappelle-t-on.

La réalité de discussions entre les autorités et certains groupes jihadistes ne fait pas de doute pour les experts depuis longtemps, avant même que l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé en août 2020 par les militaires, ne reconnaisse en février 2020 l’existence de contacts, avancent certains médias.

Dans la même catégorie