MAP Côte d’Ivoire/coronavirus : 349 cas, 41 guérisons et 3 décès ACI LE CONGO PAYS COMPTE DESORMAIS 60 CAS ET TROIS NOUVEAUX GUÉRIS DE COVID-19 ACI FORMATION DU PERSONNEL DU CHUB SUR LA PCI EN MILIEU HOSPITALIER AIP Inter/ Les Marocains sans masque risquent des peines de prison AIP Les populations de Warma formées sur la gestion des rumeurs et des conflits AIP COVID 19: La LONACI désinfecte ses sites AIP COVID-19: Les auteurs d’augmentation illégale du tarif de transport subiront la rigueur de la loi (préfet) AIP Covid-19 : Reprise d’activités du Premier ministre après une dizaine de jours de confinement AIP Le comité départemental de sécurité de Soubré invité à plus d’actions de prévention du Covid 19 AIP Covid 19: vingt-six nouveaux cas confirmés

Les avoirs gérés par les investisseurs institutionnels africains devraient passer de 634 milliards de dollars à 1100 milliards de dollars à l’horizon 2020 (BAD)


  27 Juillet      61        Economie (8169), Finance (426), Photos (3878),

   

Casablanca, 27/07/2018 (MAP), Les avoirs gérés par les investisseurs institutionnels africains devraient quasiment doubler passant d’environ 634 milliards de dollars actuellement à 1100 milliards de dollars à l’horizon 2020, a affirmé, vendredi à Casablanca, le directeur général Afrique du Nord de la Banque Africaine de développement (BAD), Mohamed El Azizi.

Les opportunités d’investissements, porteuses de rendements intéressants, sont nombreuses et en progression en Afrique du Nord, a indiqué M. Azizi lors de la présentation du Forum africain de l’investissement, Africa Investment Forum (AIF), prévu à Johannesburg (Afrique du sud) du 07 au 09 novembre 2018.

Il a souligné que ces opportunités manquent à attirer l’intérêt des investisseurs institutionnels et des entreprises d’envergure mondiale, expliquant que pour faire face à ces défis, la BAD lance l’AIF, qui est une plateforme 100% transactionnelle, multi-parties prenantes, et multi-sectorielle, destinée à mobiliser tous les acteurs pour lever les obstacles qui freinent le financement de l’investissement en Afrique.

Pour M. Azizi l’AIF permettra aussi de déployer tous les moyens pour changer la fausse perception des risques, liée aux investissements en Afrique, expliquant que cette initiative propose une réponse concrète au défi du financement du développement auquel l’Afrique est confrontée.

Il a rappelé que l’Afrique doit mobiliser des investissements conséquents au cours des prochaines décennies, pour accompagner la hausse rapide de la démographie, l’urbanisation et la demande toujours croissante de biens et services.

Les gouvernements et les institutions multilatérales de développement (BMD) ne pourront pas financer à eux seuls ces besoins, ce qui rend nécessaire l’élargissement du cercle des partenaires, dans lequel le secteur privé doit s’inscrire et jouer un rôle encore plus actif, a-t-il ajouté..

Pour sa part le directeur du département des Syndications et Solutions Client de la BAD, Olivier Ewek a indiqué que ce forum, conçu et piloté par la BAD, représente une opportunité de stimuler la transformation économique du continent.

L’AIF est destiné à être une plateforme multipartite et pluridisciplinaire dédiée à appuyer l’instruction des projets jusqu’à leur stade de financement, à lever des capitaux et à accélérer le bouclage financier des projets.

De son coté, La représentante-résidente de la BAD au Maroc, Leila Mokadem, a indiqué que l’AIF vise à constituer le marché africain de l’investissement, où la Banque africaine de développement, ainsi que ses partenaires, aideront à sélectionner et améliorer les projets, attirer des co-investisseurs, structurer, faciliter et surtout concrétiser les transactions.

Casablanca est la troisième étape d’un road show régional qui a conduit une délégation de haut niveau de la BAD à Tunis (23 juillet) et au Caire (25 juillet) avant de se rendre à Alger le 29 courant.

Présent sur le terrain dans 37 pays africains et doté d’un Bureau extérieur au Japon, le groupe de la BAD, qui comprend trois entités distinctes (la BAD, le Fonds africain de développement et le Fonds spécial du Nigeria), contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux.

Dans la même catégorie