FAAPA : Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines
AIP Côte d’Ivoire: La ville de Bouna est de plus en plus envahie par des ordures AIP Côte d’Ivoire: Coup d’envoi du tournoi de football de la fraternité à Aby AIP Côte d’Ivoire : La mauvaise manipulation des armes peut entraîner un désastre (Expert) ANP Système d’information sur les marchés: Les prix des céréales demeurent stables au Niger MAP Marché de poisson à Téma (Grand Accra) : La pêche aux hommes, la vente aux femmes MAP Choléra au Niger: au moins vingt-deux morts GNA Ghana: Government delegation meet FIFA on Thursday GNA Ghana: Government to seek audience with FIFA STP-Press Portugal através Valle Flôr doa medicamentos a São Tomé e Príncipe STP-Press São Tomé e Príncipe relança cooperação económica com Burkina Faso e Senegal

« Les constantes religieuses communes au Maroc et au Mali », thème d’une Conférence-débat à Bamako


  6 Juin      57        Economie (19845), Société (42126),

   

Bamako, 06 juin 2018 (MAP) – « Les constantes religieuses communes au Maroc et au Mali et leurs rôles dans la réalisation de la paix spirituelle et sociale », est le thème d’une conférence-débat organisée, mardi soir à Bamako, à l’initiative de l’ambassade du Royaume au Mali.

Cet événement qui intervient à l’occasion du mois béni de Ramadan, célèbre les liens de fraternité multiséculaires entre le Maroc et le Mali, selon les organisateurs qui ont mis en évidence

les liens solides et multiformes et bien ancrés dans l’histoire existant entre les deux pays.

Animant cette rencontre, l’islamologue marocain, Dr Abdellah Cherif Ouazzani, a expliqué dans quelle mesure les valeurs communes peuvent prémunir contre la déviance en général et la violence en particulier.

Dans sens, il a souligné que le Maroc et le Mali se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d’ouverture sur l’autre, notant que ces valeurs émanent d’abord du Saint Coran qui prône la bonne moralité, l’amour, la compassion, la miséricorde, l’humilité, le vivre ensemble et la paix.

Le conférencier a passé en revue les constantes majeures et communes partagées par le Maroc et le Mali et qui reposent sur quatre piliers fondamentaux à savoir : le rite malékite, la foi ashaarie, le soufisme et la commanderie des croyants .

Ces valeurs communes entre les deux pays constituent le socle de la foi, en même temps qu’elles se basent, dans leurs méthodes d’interprétation et de jurisprudence sur des règles de bon sens, de rationalité et de prévalence des intérêts bien compris de la communauté des croyants, selon Dr Ouazzani.

Ces constantes ont généré, à travers l’histoire, un ensemble de valeurs partagées au service de la concorde et de la communion, a-t-il souligné, appelant à davantage d’attachement aux préceptes de l’Islam authentique qui prône la paix spirituelle, sociale, économique et politique.

Dans le même sillage , Dr Ouazzani a mis en relief l’expérience pionnière du Royaume en matière de gestion du champ religieux basée notamment sur la diffusion des valeurs nobles de l’Islam du juste milieu , de modération et de coexistence entre les différentes communautés, soulignant à cet égard le rôle que joue l’Institut Mohammed VI de la formation des Imams, Morchidines et Morchidates.

Il s’agit aussi, selon lui, d’une approche holistique combinant à la fois l’éducation, l’audiovisuel, l’économique et le sécuritaire.

Dans sa note d’introduction de cette conférence-débat, l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri a rappelé que dès le début de la crise au Mali, SM le Roi Mohammed VI a opté pour la contribution du Royuame à l’éradication du mal à la racine, notant que c’est dans cette optique que la volonté royale a été concrétisée par la signature d’une convention avec le Mali, en 2013, pour la formation dans le Royaume de 500 Imams maliens sur la base d’un programme qui s’inspire entièrement de la pratique commune de l’Islam du juste-milieu.

Ont pris part à cette manifestation marquée par un Iftar offert par l’ambassadeur du Maroc, plusieurs ministres maliens, des députés, des membres de partis politiques et de la société civile, des leaders religieux musulmans et catholiques, ainsi que des diplomates dont Mahamat Saleh Annadif, Représentant Spécial du Secrétaire Général pour le Mali et des membres de la communauté marocaine établie au Mali.

Dans la même catégorie