APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Les députes de la CEDEAO se prononcent sur efficacité de l’institution


  30 Juillet      18        Economie (21998), Leadership Africain (791),

   

Lomé,  30 juil. (ATOP) – Bruno Fanucchi, grand reporter au journal « l’Afrique Aujourd’hui » et représentant de l’Institut de prospective et de sécurité en Europe a les résultats d’un sondage exclusif opéré au sein des parlementaires de la CEDEAO et des pays membres au cours d’une conférence de presse, le dimanche 29 juillet à Lomé.
Le questionnaire du sondage a été adressé par mail ou par le biais des sites internet des assemblées à 1.783 députés des pays membres de la CEDEAO, qui ont répondu à travers une plateforme auto-administrée et sécurisée du 15 juin au 18 juillet. Selon Bruno Fanucehi, l’enquête a recueilli un taux de réponses de 20%. « C’est un taux de réponse satisfaisant et significatif eu égard à la spécificité du fichier et de l’échantillon », a-t-il relevé.
A l’issue de l’enquête, 10 points clés sont à retenir : Sur la réalisation de la mission à lui assignée, la CEDEAO recueille 90 % d’opinions favorables, elle a plutôt bien accomplie sa mission depuis sa création en 1975, c’est une institution utile et profitable. En ce qui concerne la libre circulation des personnes et des biens, un plébiscitée à 80 % trouve que c’est le grand acquis de l’organisation et cette réalité est utile à toute l’économie de l’Afrique de l’Ouest.
La présidence togolaise 2017/2018 de la CEDEAO a, quant à elle, fait du bon travail. L’initiative du Président Faure Gnassingbé d’un sommet commun avec le CEEAC recueille la note de 7,9 sur 10.
Pour l’intégration du Maroc au sein de la communauté, la porte est désormais grande ouverte, le Royaume est attendu et il a les bonnes clefs. La principale raison évoquée est que son adhésion va changer la donne économique de la CEDEAO au bénéfice de tous.
Le retour de la Mauritanie, est salué par 63 %, ce pays va pouvoir à nouveau participer à l’aventure ouest-africaine et apporter sa pierre à l’édification de la communauté. C’est un retour jugé précieux et utile, notamment au plan sécuritaire.
Quant à la Tunisie, elle pourra « observer » de près les travaux et le fonctionnement de l’organisation ouest-africaine. Ce qui augure sans doute une
première marche vers son intégration dans quelques années.
L’Algérie elle, est appelée à rester, en revanche, à distance et en observation sans pouvoir espérer dans l’immédiat le statut d’observateur. Elle n’en avait, du reste, pas fait la demande officielle.
Sur la coopération avec les autres institutions, la CEDEAO doit améliorer et harmoniser ses relations avec toutes les autres organisations sous-régionales.
La Commission et le Parlement de la CEDEAO, qui siègent tous à Abuja (Nigeria) sont appelées à coopérer, à se comprendre et à améliorer leur confiance.
La question de la monnaie unique de l’espace CEDEAO, même si elle fait rêver 54 % des sondés, est encore loin d’être une réalité. Les représentants du peuple ne lui font pas totalement crédit.
Selon Bruno Fanucchi, la leçon qui ressort clairement de ce sondage, c’est l’extraordinaire attractivité de la CEDEAO qui organise coup sur coup à Lomé le 30 juillet un sommet extraordinaire en commun avec ses partenaires de la CEEAC, consacré aux « extrémismes », puis le 31 juillet un sommet ordinaire principalement axé sur son élargissement.
Le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou, qui a pris la tête de l’institution le 1er mars, a souligné lors de l’enquête que « la CEDEAO fait donc preuve d’une belle attractivité ». Qu’elle est en passe de parachever son élargissement avec l’adhésion du Royaume du Maroc et le retour de la Mauritanie, qui font presque l’unanimité. Pour lui les frontières de l’organisation vont donc changer, ce qui ne sera pas sans conséquences économiques et pratiques. Il pense que l’Afrique est donc bel et bien en marche vers une plus grande intégration et ce sommet commun, qui constitue une grande première est véritablement « un sommet historique!». ATOP/KYA/AAA

Dans la même catégorie