MAP Covid-19 : le président sénégalais appelle au renforcement des contrôles systématiques du port du masque GNA Police beefs up security to protect ballot boxes at Adaklu ANGOP Covid-19 : Angola regista 207 recuperados e 68 novos casos APS THIÈS : ’’ESPACE NDUGU’’, UN PROJET POUR MODERNISER LE PETIT COMMERCE DANS LES QUARTIERS APS HAUSSE DES CAS DE COVID-19 : MACKY SALL DEMANDE LE RENFORCEMENT DES CONTRÔLES SYSTÉMATIQUES DU PORT DU MASQUE AIP La GESTOCI teste son dispositif de sécurité sur ses installations AIP Le nouveau directeur régional de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle veut accompagner les responsables d’établissement AIP le gouvernement burkinabé estime a hauteur de 113 millions d’euros le soutien de l’union européenne AIP Plus de 2200 nouvelles cartes nationales d’identité disponibles à Dimbokro AIP Bientôt des logements pour les agents des Eaux et Forêts à Songon

Les effets négatifs de la COVID 19 sur la desserte en électricité à Kinshasa


  4 Novembre      20        Société (25538),

   

Kinshasa, 04 Novembre 2020 (ACP)-. La pandémie de la COVID 19 qui sévit depuis mars 2020 dernier, à travers le monde en général et en République démocratique du Congo (RDC) en particulier, a entrainé la suspension des travaux de modernisation du G 28 du site Inga, indique un document de M. Alain Atundu Liongo, président du conseil d’administration de la Société nationale d’électricité SA (SNEL SA), reçu mercredi à l’ACP.

Selon M. Atundu, plus de 40 ans sont passés sans que les machines du site Inga n’aient subis le démontage complet pour leur entretien. A cet effet, certaines machines, soit 4 ont connu un arrêt qui pouvait compromettre le fonctionnement de l’ouvrage en privant ainsi tout le pays de l’électricité.

Cette situation a impacté négativement le réseau Haute tension (HT) avec l’arrêt du G27, réduisant ainsi la production de 162 MW en septembre de l’année en cours. Au cours du même mois, le G 24 a déclenché à cause des fuites d’eaux au couvercle supérieur de la turbine, aggravant le déficit de 130 MW supplémentaires. En octobre le G 16 est signalé en panne entrainant 55 MW portant ainsi le déficit à 347 MW sur une puissance installée de 560 MW pour la ville de Kinshasa.

Le déficit de production enregistrée, a souligné, le Président du conseil d’administration, est à la base des délestages constatés dans la ville de Kinshasa et dans les provinces du Bandundu, Haut Katanga et Lualaba depuis le mois d’octobre dernier.

La SNEL rassure ses clients de la reprise normale de la desserte en électricité

Par ailleurs, le président du conseil d’administration a indiqué que sa société a programmé les travaux de récupération du déficit de 347 MW ce, pendant 60 jours de manière à rétablir la desserte en électricité avant les festivités de fin d’année.

Les travaux programmés consistent en la réhabilitation des G 16 avant la fin du mois d’octobre passé, la réparation du G 24 et sa remise en service le 04 novembre en cours et le retour du G 27 après les travaux contractuels de désensablement en amont et en aval et le remplacement des grilles de prise d’eau en amont du G 28. Le PCA relève qu’en date du 20 au 31 décembre 2020, il est programmé la marche probatoire du G 28.

« La réhabilitation des infrastructures est une tâche qui relève du gouvernement tandis que la protection est une œuvre de tout le monde », a dit M. Atundu Liongo qui appelle la population, à soutenir la SNEL SA par le paiement régulier des factures de consommation d’énergie électrique et par son implication dans la lutte contre les raccordements frauduleux, les vols de câbles, de cornières de pylône.

« Dans moins de temps, les Congolais pourront souffler un ouf de soulagement. Les délestages drastiques, que connaissent par exemple Kinshasa, seront un lointain souvenir. Nous promettons aux abonnés de la SNEL SA qu’ils passeront les festivités de fin d’année sans perturbation dans la fourniture en électricité ce, grâce à 13 (treize) machines disponibles sur les 14 installées à Inga », a déclaré le PCA de la SNEL.

La visite d’inspection des travaux effectuée par les membres du Conseil d’administration à Inga, a ajouté le PCA Atundu, donne l’occasion de rassurer le public et les exploitants miniers de l’efficacité des solutions préconisées par la SNEL, d’une part, et de demander aux autorités nationales, d’autre part, de capitaliser, sans complexe, l’expertise de nos ingénieurs dans le cadre de la coopération pour la construction des barrages.

Ainsi la coopération cessera d’être un ministère de mendicité internationale pour devenir un ministère de l’offre de l’expertise congolaise en concurrence avec les experts d’autres Etats.

Pour rappel, La République démocratique du Congo (RDC), plus particulièrement la ville de Kinshasa, a fait face depuis la moitié du mois d’octobre à des délestages dus à des problèmes techniques aux barrages d’Inga en privant le réseau de 347 MW, soit le tiers de la production totale.

Dans la même catégorie