AIP Le ministre Gilbert Koné Kafana visite la Cour de comptes AIP Des kits scolaires offerts aux élèves de Gangodouo AIP Le ministre français Jean-Yves Le Drian reçu par le président Ouattara AIP Des agents électoraux perçoivent leurs indemnités à Kani ACP Près de 37 millions USD d’investissement de FIDA dans le secteur agricole en RDC ACP Arrivée à Kinshasa du ministre délégué au ministère japonais des Affaires étrangères ACP Un message spécial de Yoweri Museveni remis au Président Joseph Kabila Kabange ATOP DONS DE MATERIEL SPORTIF A LA FEDERATION TOGOLAISE DE TENNIS ATOP LE 3EME CYCLE DE SUIVI DU PARTENARIAT MONDIAL 2018 LANCE Inforpress Beneficiários do programa Bolsa de Acesso à Cultura enaltecem o contributo deste na inclusão das crianças

Les enjeux de la COP22 à Marrakech: la COP de l’action dans ses grandes articulations (Feature)


Abidjan, 07 nov 2016 (AIP)- Ouverte, ce lundi, à Marrakech (Maroc), la 22ème conférence des Nations Unies sur le climat (COP22) présente des enjeux à diverses échelles.
Limiter le réchauffement climatique à 2° C voire à 1,5°C comme le prévoit l’Accord de Paris (2015)
Ceci exige un arrêt rapide de la déforestation, créer des sociétés résilientes à travers des forêts saines qui favoriseront la suppression de 25% à 30% des émissions de carbone actuelles. L’enjeu de la conférence est de présenter des initiatives qui démontrent une réelle dynamique et les progrès vers la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris. Une attention particulière sera accordée aux progrès réalisés en Afrique, faire le bilan des progrès accomplis par les acteurs étatiques et non-étatiques et identifier les défis ainsi que les possibilités d’aller encore plus loin grâce à la sylviculture pour contribuer à limiter le réchauffement.
Conserver les ressources marines pour les générations futures
L’océan est le principal régulateur du climat mondial. En interaction permanente avec l’atmosphère, il produit plus de 50% de l’oxygène de l’air que nous respirons, absorbe environ 28% du CO2 et 90% de l’excès de chaleur générés par les activités humaines. Mais l’océan est aujourd’hui menacé et son rôle de régulateur du climat sérieusement perturbé. La COP21 a été le cadre d’une mobilisation nouvelle de la communauté des océans au niveau mondial. Celle-ci a permis de mettre en évidence combien l’Océan constitue à la fois un risque majeur et une solution majeurs pour le climat. La COP 22 devra à son tour traduire cette mobilisation en action avec pour objectif de conserver les ressources marines pour les générations à venir.
Montrer la place essentielle de l’agriculture dans les plans d’action des pays contre le réchauffement
L’accord de Paris reconnaît « la priorité fondamentale de la sauvegarde de la sécurité alimentaire et de lutte contre la faim et la vulnérabilité particulière des systèmes de production alimentaire aux effets néfastes des changements climatiques ». La fréquence des catastrophes naturelles a doublé au cours de la décennie 2003-2013 par rapport aux années 80. Les catastrophes provoquées par les catastrophes naturelles ont causé 1500 milliards de dollars de dommages économiques dans le monde entier. Dans les pays en développement seuls, ces catastrophes ont touché 2 milliards de personnes et coûtent environ 550 milliards de dollars en dommages, avec 80 milliards de dollars perdus en raison de la diminution des productions végétales et animales.
Il s’agit donc de montrer la place essentielle de l’agriculture dans les plans d’action des pays contre le réchauffement, particulièrement en soutenant les pratiques et technologies agricoles, le partage des connaissances, les partenariats public-privé et la coopération Sud-Sud pour le développement agricole et l’accès au financement climatique. Ainsi que aider à créer les structures institutionnelles dans les pays qui vont faire le lien entre l’enjeu climatique et les acteurs de terrain.
Renforcer le rôle des transports dans les plans d’action nationaux des pays
En 2010, le Transport a représenté 14% des émissions mondiales des gaz à effet de serre et 23% des émissions liées à l’énergie. Le transport est encore presque totalement dépendant des combustibles fossiles (96%) et représente 60% de la consommation mondiale de pétrole. Et en raison d’une demande croissante en transport, les émissions pourraient doubler d’ici 2050. L’amélioration de l’accès au transport pour les populations urbaines et rurales fait également partie des cibles prioritaires des 17 Objectifs de Développement Durable portés par L’ONU et adoptés par la communauté internationale en 2015.
Il importe dès lors de renforcer le rôle des transports dans les plans d’action nationaux des pays – les contributions nationalement déterminées qui constituent la clé de voûte de l’Accord de Paris- pour lutter contre le réchauffement climatique. Par son importance et son caractère hautement émetteur, le transport est un secteur stratégique pour réaliser l’ambition des championnes de haut niveau pour le climat « à faire plus, plus vite et maintenant ».
L’eau, la ressource la plus affectée par le réchauffement de la planète
Longtemps laissé pour compte lors des Cop, ce secteur connait depuis le sommet des Nations Unies pour le climat en 2014 à New York une recrudescence d’intérêt, ainsi les actions et initiatives concrètes se multiplient à l’instar du « climate is water » ou plus récemment en 2016 à l’appel du « water for africa ».
A la COP22, la journée dédiée à l’eau sera donc l’occasion de faire le point sur l’état d’avancement des initiatives, mais aussi de poursuivre le dialogue entre les acteurs étatiques et autres ONG. De nouvelles propositions pourront également être soumises à la CCNUCC impliquant des engagements politiques forts à court et moyen terme ainsi que l’instauration des mécanismes financiers.
L’urgence de l’optimisation de la production d’énergie jugée encore insuffisante
L’Energie, l’efficacité énergétique, l’accès à l’énergie, la transition vers une énergie renouvelable et durable sont autant de sujets au cœur de l’actualité mondiale. Un secteur d’une importance cruciale aussi bien pour les pays développés que pour les pays émergents.
Il s’agit de lancer ici (COP22) un appel qui rappelle l’urgence sus-évoquée. Les parties prenantes seront également appelées à profiter de l’occasion offerte par la ratification de l’accord de Paris et la Cop 22 qui se veut la Cop de l’action, afin de se pencher sur des solutions aussi rapides qu’efficaces afin de faciliter cette transition mondiale vers une énergie plus propre et d’en démocratiser l’accès.
Les villes résilientes et la construction durable : Trois jours de conférences dédiés à l’innovation
Le gouvernement du Maroc, en partenariat avec le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD), le UN Sustainable Development Solutions Network (SDSN), and ICLEI (Local Governments for Sustainability) a invité tous les pays à envoyer leurs représentants à participer activement à la conférence des solutions bas carbone qui se tiendra du 14 au 16 novembre dans la blue zone de la Cop 22, un événement majeur co-présidé par les championnes de Haut niveau pour le Climat.
Destinée à faire émerger toutes les solutions technologiques innovantes pour un futur bas carbone, cette conférence réunira, des experts, scientifiques de renommée mondiale, ingénieurs, responsables de la recherche du monde de l’entreprise ainsi que des villes et régions du monde. A la fois lieu de débat sur la façon de rapprocher les stratégies de développement bas carbone et les plans nationaux pour y parvenir, la conférence traitera de l’innovation dans de nombreux domaines. Le fruit de ce grand brainstorming nourrira aussi la journée du segment de Haut niveau du 17 novembre 2016.
Sommet des femmes et de la transformation globale
Les femmes auront un rôle essentiel dans la mise en œuvre du nouveau paradigme de développement bas carbone. Ce sont aussi elles qui affrontent le plus directement notamment dans les pays les plus vulnérables les conséquences du réchauffement climatique. Au cours de la journée qui leur est dédiée, des femmes leaders du monde des affaires, des sciences, de la politique ou de la société civile viendront dire aux côtés des Championnes du Climat la façon dont elles exprimeront leur solidarité avec les femmes du monde entier.
Les Villes
Près de la moitié de la population mondiale est d’ores et déjà citadine, selon les nations Unies, et à l’horizon 2050, c’est environ 70% de cette population qui vivra dans les villes ou les régions urbaines. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), à l’intérieur des territoires, les villes sont souvent des pôles de vulnérabilité particulièrement marqués. En effet, la complexité de l’organisation des grandes cités humaines les rend particulièrement vulnérables aux aléas climatiques.
Lors de la COP 21 de Paris, il a été convenu de déployer une action climatique plus ambitieuse des Etats et des parties prenantes non-étatiques dans le secteur des villes et de l’habitation humaine. La journée thématique sur les villes et l’habitat humain est organisée en deux temps l’un sur la résilience des villes, l’autre sur le secteur de la construction et du bâtiment.

ask

Dans la même catégorie