AIP La Fondation Lonaci remet un internat, une école et une cantine à Toumodi et N’Dêbo AGP Journée mondiale de lutte contre le sida : Ovan abrite les manifestations dans l’Ogooué-Ivindo AIB Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso plaide pour un soutien urgent de la Chine AIB Burkina : 107 000 élèves déplacés internes réinscrits au cours de l’année scolaire 2020-2021 (gouvernement) AIB Ganzourgou/SIDA: Plus de 1000 patients sont suivies (médecin) AIB Kouldjim Guidio, coordonnateur du projet de lutte contre la Covid-19 dans les pays du G5 Sahel : «Les populations veulent du G5 Sahel des actions concrètes» ANP L’Ambassadeur des USA au Niger, en fin de mission, fait ses adieux au peuple nigérien ANP 1er édition de la Coupe de l’Ambassadeur de la Corée au Niger Niamey AIP Bientôt une deuxième Chaire UNESCO pour l’UAO de Bouaké AIP JMLS 2021: L’ONUSIDA met l’accent sur l’éradication urgente des inégalités qui alimentent la pandémie de Sida

LES ETATS AFRICAINS APPELÉS À MOBILISER PLUS DE RESSOURCES POUR L’ÉDUCATION


  25 Novembre      23        Education (6097),

   

Dakar, 25 nov (APS) – Le président du réseau africain de campagne pour l’éducation pour tous (ANCEFA), Samuel Dembélé, a invité, jeudi, les Etats africains à accorder la priorité aux investissements dans le domaine de l’éducation, en mobilisant plus de ressources nationales.

« En réitérant que l’éducation est un investissement nécessitant un financement durable, un appel est lancé aux Etats du monde entier et ceux d’Afrique en particulier de prioriser les investissements dans de ce domaine, en mobilisant plus de ressources nationales », a-t-il déclaré.

M. Dembélé intervenait à la cérémonie d’ouverture du 10ème forum panafricain sur les politiques éducatives, axé sur le thème « Repenser et construire un mouvement de la société civile fort, dynamique et résilient en Afrique pour la réalisation du droit à l’éducation au-delà de la pandémie de COVID-19 ».

Selon lui, il s’avère indispensable que la société civile, qui se positionne comme acteur clé dans la définition des politiques éducatives, réfléchisse sur son engagement et au changement à opérer pour faire face aux nouveaux défis dans ce secteur.

Le forum annuel, a-t-il rappelé, est le rendez-vous des acteurs de la société civile africaine pour discuter des politiques éducatives dans les pays, partager leurs expériences, afin de planifier des actions stratégiques collectives à mener en faveur d’une éducation publique de qualité dans le continent.

Citant des estimations de l’UNESCO, M. Dembélé relève que plus d’un milliard et demi d’apprenants se sont retrouvés du jour au lendemain privés d’éducation.

En effet, la proportion d’enfants non scolarisés parmi ceux en âge de fréquenter l’école primaire a été divisée par deux, passant de 35% en 2000 à 17% en 2019, a-t-il précisé.

« Et la situation est rendue encore plus préoccupante quand on considère les niveaux d’apprentissage avant COVID qui sont extrêmement bas », a-t-il ajouté.

Se référant aux statistiques de l’UNESCO, il a relevé qu’en Afrique subsaharienne, près de 87% des enfants présentent des résultats d’apprentissage limités.

Le manque de ressources empêche la réalisation de l’ODD 4 en Afrique, car un tiers seulement des pays consacrent entre 15% et 20% des dépenses totales des gouvernements à l’éducation, a expliqué M. Dembélé.

« La société civile a un rôle important à jouer dans l’accompagnement des pays dans un contexte très probable de rareté de ressources dans les années à venir », a pour sa part soutenu le représentant de l’UNESCO.

Olivier Pieume a notamment invoqué les arbitrages dus à la contraction des revenus des Etats, la fragilité des familles pauvres, la baisse des revenus, les pertes d’emplois, etc.

Il estime que c’est le moment idéal pour repenser et revigorer la société civile en tant que partenaire clé, pour promouvoir les droits à l’éducation.

La coordonnatrice d’ANCEFA, Solange Akpo, a, quant à elle, souligné la nécessité pour les Etats d’investir dans le numérique pour que dans tous les écoles, il puisse y avoir un minimum d’équipements, notamment de l’eau, de l’électricité et l’internet.

De même a-t-elle plaidé pour que les Etats fassent davantage preuve de volonté, en vue d’équiper les écoles et de permettre aux enfants d’étudier dans des bonnes conditions.

Dans la même catégorie