AGP Gabon/ Session criminelle pour mineur: 36 mois de prison ferme pour un jeune braqueur AGP Gabon/Koulamoutou: Les établissements privés et confessionnels réclament les kits sanitaires ANP Tahoua : 132 meilleures élèves filles de la région reçoivent officiellement des prix d’excellence ANP Niger : Les Comités de Gestion des Etablissements Scolaires (COGES), sont très importants dans la gestion des écoles AIP Institutions politiques rassurantes et stabilité, une forte attente des populations d’Abengourou AIP Les enseignants du lycée des Jeunes filles de Séguéla instruits sur les droits des enfants AIP Des enseignants recommandent une sensibilisation sur les droits et devoirs des enfants AIP 30 nouveaux cas de Covid-19 et neuf guéris AIP Le nouveau quinquennat du président Ouattara devrait être consacré au renforcement des actions en faveur des femmes et des jeunes, estime-t-on à Odienné ANGOP Angola: PR expressa vontade contínua de dialogar com jovens

Les Ex commandants de brigade remontés par leur position actuelle dans les unités de police


  16 Novembre      8        Securité (1715),

   

Porto-Novo, 16 Nov. (ABP) – Une frange du personnel de la police républicaine en l’occurrence les Ex-commandants et commandants adjoints de brigades en service dans les unités de police républicaines sont très remontés en raison de leur position actuelle dans leur unité respective et du traitement à eux infligés, a appris ce lundi l’Agence Bénin presse. « Pour ne rien vous cacher, l’humiliation est de trop. Ça devient insoutenable », a confié sous le couvert de l’anonymat un Ex-commandant de brigade en service dans une unité de police républicaine qui par ailleurs s’interroge sur les raisons qui pourraient fonder cet oubli observé de la part des autorités, alors qu’estime-t-il, « l’assemblée nationale a déjà joué son rôle et le président de la république a déjà fait ce qu’il doit faire ». Depuis quelques temps, apprends-t-on, les positions se durcissent et une frange des fonctionnaires de police que sont les Ex-commandants et commandants adjoints de brigades des Ex-gendarmeries commencent à visage à peine voilé à dire leurs ras-le-bol. A l’origine la loi les articles 181 et 182 de la loi n° 2020 -16 du 03 juillet 2020 portant statut spécial des personnels de la police dont la mise en œuvre devrait leur permettre de retrouver leur grade et leur position au sein de cette Force de police. C’est une situation qui indique-t-on également est à la cause de nombreuses frustrations et blocages tels que les promotions, les ports de galon et la gestion des carrières. Elle est aussi renseigne-t-on, la cause de plusieurs cas d’accidents cardiovasculaires. Ceux-ci supportant de moins en moins d’être aux ordres de leurs collègues inspecteurs de police, autrefois techniquement moins gradés qu’eux. Selon les différents témoignages, seule l’ouverture des formations d’une année des ayants droit, comme prévu par les textes, pourra à nouveau leur doper le moral et leur permettre de reconquérir leur place au sein de cette force de police moderne et républicaine.

Dans la même catégorie