AIP Côte d’Ivoire-AIP/Covid-19 : des patrouilles régulières de police pour faire respecter le couvre-feu à Sikensi AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La communauté libanaise de Daloa appuie la lutte contre le COVID-19 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Covid-19 : 10 millions de FCFA de la MUGEF-CI en soutien aux agents de santé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-9 : Un don de kits sanitaires et de vivres aux acteurs de la culture ACAP Les Forces de défense et de sécurité centrafricaines se lancent aux combats contre le coronavirus ACAP Suspension de recrutement et de reversement des assistants à l’Université de Bangui ACAP La MINUSCA soutient le gouvernement dans ses actions de lutte contre le COVID-19 ACAP Annonce d’un 10ème cas du COVID19 En Centrafrique APS CAN À 24 : DIOMANSY KAMARA INVITE LE ETATS À S’ORIENTER VERS LA CO-ORGANISATION APS COVID-19 : UN MÉDECIN-COLONEL SOULIGNE L’URGENCE D’ARRÊTER LA TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE

Les experts gabonais à l’école de la finance islamique


  12 Septembre      53        Finance (426),

   

Libreville, 12 Septembre (AGP) – Le ministre délégué à l’Economie, Hilaire Machima, a procédé le lundi 11 septembre à l’ouverture d’un séminaire, permettant aux experts gabonais de s’approprier les mécanismes de financement islamique.

Cet atelier qui fait suite à la 4ème édition du forum annuel des fonds islamique de développement organisé en mai 2018, permettra aux hauts cadres gabonais de s’approprier et de se familiariser au mode de financement islamique, notamment sur les concepts tels que,  »Sukuh, les contrats de types Mudharabah, Ijara…

A ce propos, le ministre délégué à l’Economie, dira qu’encore méconnu, il y a quelque temps, le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et des produits financiers conformes aux principes de la charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, l’incertitude de la spéculation, l’interdiction d’investir dans les secteurs considérés comme illicites ainsi que le respect du principe de partage des pertes et de profits.

«La finance islamique connaît une forte progression depuis plusieurs années et représente, en 2017, près de 1800 milliards de dollars d’actifs bancaires et financiers. Les pays de la sous-région de la Cémac ne s’auraient être en marge de cette dynamique mondiale. Ce d’autant qu’ils ambitionnent pour la plupart de se hisser au rang des pays émergents», a-t-il enrichi.

En effet, la finance islamique est, selon lui, sans doute une solution à implanter au moment où les finances conventionnelles semblent s’essouffler et ses perspectives limitées par des contraintes d’endettement et l’instabilité de l’environnement économique global.

Dans la même catégorie