AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

Les experts gabonais à l’école de la finance islamique


  12 Septembre      39        Finance (3799),

   

Libreville, 12 Septembre (AGP) – Le ministre délégué à l’Economie, Hilaire Machima, a procédé le lundi 11 septembre à l’ouverture d’un séminaire, permettant aux experts gabonais de s’approprier les mécanismes de financement islamique.

Cet atelier qui fait suite à la 4ème édition du forum annuel des fonds islamique de développement organisé en mai 2018, permettra aux hauts cadres gabonais de s’approprier et de se familiariser au mode de financement islamique, notamment sur les concepts tels que,  »Sukuh, les contrats de types Mudharabah, Ijara…

A ce propos, le ministre délégué à l’Economie, dira qu’encore méconnu, il y a quelque temps, le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et des produits financiers conformes aux principes de la charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, l’incertitude de la spéculation, l’interdiction d’investir dans les secteurs considérés comme illicites ainsi que le respect du principe de partage des pertes et de profits.

«La finance islamique connaît une forte progression depuis plusieurs années et représente, en 2017, près de 1800 milliards de dollars d’actifs bancaires et financiers. Les pays de la sous-région de la Cémac ne s’auraient être en marge de cette dynamique mondiale. Ce d’autant qu’ils ambitionnent pour la plupart de se hisser au rang des pays émergents», a-t-il enrichi.

En effet, la finance islamique est, selon lui, sans doute une solution à implanter au moment où les finances conventionnelles semblent s’essouffler et ses perspectives limitées par des contraintes d’endettement et l’instabilité de l’environnement économique global.

Dans la même catégorie