APS LES POPULATIONS INVITÉES À S’APPROPRIER SEN’EAU, « UN PATRIMOINE À 55 POUR CENT SÉNÉGALAIS’’ APS MÉDINA BAYE VA CÉLÉBRER LE MAOULOUD DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES (PORTE-PAROLE) APS LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE SAISI DU RAPPORT DE L’IGAJ SUR TÉLIKO APS REPLI DE 2, 5 % DU PIB AU 2E TRIMESTRE (ANSD) APS LES DÉCHETS PLASTIQUES, UNE « MENACE GRAVE » POUR LA PLANÈTE ET LES OCÉANS (PRÉSIDENT CAOPA) APS VERS UN UN GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE DU PROJET « DUNDËL SUUF’’ À SÉDHIOU APS LA BAD INTÈGRE LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DU FORUM MONDIAL SUR L’INVESTISSEMENT (COMMUNIQUÉ) APS GESTION DES ORDURES : LES PRN, UN PARI CONTRE LES ’’DÉPÔTS SAUVAGES’’ MAP Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie: trois morts MAP UEMOA : la croissance prévue à 1,3% en 2020

Les forces de sécurité et la société civile de la région du Sud-Comoé formées sur la cohésion et la sécurité électorale


  3 Août      8        Securité (1612),

   

Abidjan, 03 août (AIP)- Un atelier de formation dénommé « la paix par moi », organisé par le regroupement des acteurs ivoiriens des droits de l’homme (RAIDH) en collaboration avec la fondation Konrad Adenauer (KAS) et l’Union Européenne (UE) a été ouvert, lundi 3 août 2020 à Grand Bassam à l’intention de 75 agents et officiers de police et de gendarmerie et 28 civils des localités de Grand-Bassam, Bonoua et Aboisso, relevant de la région du sud-Comoé.

Cette formation, qui prend fin mercredi 05 août, a pour but de faciliter l’échange entre les forces de sécurité et les populations dans les différentes localités, afin d’éviter les violences et les violations des droits de l’homme pendant la période électorale.

Pour le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Dr Kama Tapé Bérenger, les participants à la session de formation devront intégrer les enseignements qui leur seront dispensés sur la cohésion et la sécurité électorale pour une meilleure sécurisation de l’élection présidentielle d’octobre 2020.

« Notre plus grand challenge en 2020 est la sécurisation des élections présidentielles d’octobre. Certes, la crise sanitaire liée à la Covid-19 nous a durement éprouvés en mobilisant nos énergies, mais nous devons poursuivre les efforts pour assurer la sécurisation des élections », a-t-il exhorté les agents de police et de gendarmerie qui prennent part à l’atelier.

Il les appelés à « enrichir la réflexion, à participer activement aux débats de façon à améliorer les prévisions des grands commandements et à devenir des chefs capables de mener à bien la sécurisation des élections », justifiant que le président de la République, Alassane Ouattara, dans son adresse à la nation du 31 décembre, a assuré la communauté nationale et internationale du bon déroulement des élections à venir.

« Cette promesse nous engage tous. Il nous appartient donc de mettre tout en œuvre pour permettre que ce scrutin se déroule dans la quiétude. Je sais pouvoir compter sur votre détermination pour relever ce défi », a souligné le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Dans la même catégorie