MAP Les Sud-africains appelés à remettre à la police les armes à feu illégales MAP Le Conseil national de l’ordre des notaires salue les sages décisions de SM le Roi dans la gestion du dossier d’El Guerguarat MAP Gabon : Durcissement des mesures restrictives pour lutter contre la 2è vague de coronavirus MAP Afrique du Sud : Les équipes de gestion des catastrophes en alerte à l’approche du cyclone Eloise MAP La SG de l’OIF lance à Dakar un portail dédié aux ressources humaines éducatives GNA Use of Hydrogen Peroxide inactivates coronavirus – Study GNA 85 people arrested for not wearing nose masks in Koforidua GNA Okere District Assembly congratulates Dan Botwe AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La direction d’une société minière échange avec les populations de Prikro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le nouveau préfet de la Marahoué prend fonction

Les Ghanéens lundi aux urnes pour élire leur président


  6 Décembre      40        Politique (14350),

   

Accra, 06/12/2020 (MAP) – Les Ghanéens sont appelés lundi aux urnes pour élire leur président et départager deux cadors de la scène politique locale, en l’occurrence le président sortant Nana Akufo-Addo, 76 ans, qui brigue un deuxième mandat et son prédécesseur et éternel rival, John Mahama, 62 ans.

Ce scrutin s’annonce serré entre ces deux candidats qui n’en sont pas d’ailleurs à leur première confrontation. En 2012 et en 2016, ils s’étaient déjà affrontés et chacun d’eux a remporté l’un des deux scrutins sur des scores étriqués. En 2012, Mahama était sorti victorieux avec 50,7% des voix alors qu’en 2016, Akufo-Addo a remporté le scrutin avec 53,8% des suffrages.

Outre ces deux principaux candidats, onze autres prétendants, dont trois femmes, lorgnent également le fauteuil présidentiel. Ils devront en effet convaincre un collège électoral composé de 17 millions d’électeurs et dont plus de la moitié a moins de 35 ans.

Marquant leur volonté de favoriser les conditions d’un scrutin apaisé, Nana Akufo-Addo, candidat du Nouveau Parti Patriotique (NPP) et John Mahama, leader du Congrès national démocratique (NDC, opposition), ont signé vendredi un « pacte de paix » stipulant essentiellement le rejet de toute violence électorale le jour du scrutin et après la proclamation des résultats.

Des pactes similaires ont déjà été signés avant les élections présidentielle et législatives de 2012 et 2016 mais nouveauté du dernier pacte : les deux candidats ont promis d’éradiquer la présence de « vigilantes », jeunes soudoyés par des acteurs politiques pour empêcher les électeurs à aller aux bureaux de vote.

Pour cette élection, des enquêtes pré-électorales font ressortir que le chômage, les infrastructures, l’éducation et la santé sont les principales préoccupations des Ghanéens.

A l’effet de sécuriser le scrutin, ce sont plus de 62.000 membres des forces publiques qui devraient être mobilisés à travers le pays, selon la police ghanéenne.

L’élection de lundi intervient alors que la crise économique consécutive au nouveau coronavirus a fortement affecté le pays, dont la croissance devrait se situer à 0,9 % en 2020 (estimations du FMI), soit le taux le plus bas depuis plus de 30 ans.

Dans la même catégorie