AIP L’administration du lycée moderne d’Issia mécontente des résultats du premier trimestre AIP Le lycée moderne de Prikro enregistre un taux de réussite de 48% au premier trimestre AIP Le secteur informel de Ferkessédougou sensibilisé sur les avantages de la loi de finance AIP Un camion de transport termine sa course dans une résidence à Dabakala INFOPRESS Ministro da Saúde reitera que director-geral da OMS visita Cabo Verde este ano APS LE RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL, À L’AUNE DE LA CRISE DU COVID INFORPRESS Fogo: Câmara de São Filipe prevê reactivar biblioteca municipal este ano – plano de actividades APS BBY REMPORTE 13 DES 17 COMMUNES DU DÉPARTEMENT DE LOUGA APS CAN 2021 : UN QUART DE FINALE POUR EFFACER LA MALDONNE ÉQUATO-GUINÉENNE APS MATAM : BBY MAJORITAIRE AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL ET DANS SEPT DES 10 COMMUNES

LES JOURNALISTES INVITÉS À DAVANTAGE S’IMPLIQUER DANS LA SENSIBILISATION SUR LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE


  3 Décembre      25        Médias (2006),

   

Saly-Portudal (Mbour), 3 déc (APS) – La chargée de communication de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a invité les journalistes à s’impliquer davantage dans la sensibilisation sur la migration irrégulière afin de dissuader les éventuels candidats.

’’Nous sommes dans la dynamique de sensibiliser sur les dangers liés à la migration irrégulière et estimons qu’il est important que les journalistes soient imlpliqués parce que dans leur travail, ils façonnent l’opinion publique, éduqent les gens et transmettent des messages’’, a-t-elle notamment dit.

Fecam Marie Sèye s’entretenait avec l’APS au terme d’une session de formation (du 29 novembre au 3 décembre), au profit des journalistes sur la couverture médiatique de la migration, le journalisme mobile et le montage vidéo sur Smartphone.

Cette session de formation s’est tenue à Saly-Portudal (Mbour, ouest), avec la participation de migrants de retour devenus volontaires de l’OIM.

’’Nous voulons que les journalistes sachent que derrière les chiffres et les drames dont ont parle, il y a aussi des vies, des histoires et des récits. D’où l’importance pour nous de les regrouper ensemble, qu’ils passent du temps afin qu’ils arrivent à découvrir et connaître les migrants de retour’’, a expliqué la chargée de communication du bureau de Dakar de l’OIM.

Elle a indiqué que cette formation a également pour objectif de permettre aux journalistes de maîtriser la bonne therminologie et savoir plus sur les différents aspects de la migration.

Fecam Marie Sèye estime qu’il est important de maintenir et de renforcer durablement des partenariats avec les journalistes, notamment dans le cadre du programme MAM mis en œuvre par l’OIM.

Selon elle, il y a un ‘’impact très négatif’’ de la migration irrégulière sur le développement économique et social des pays de départ de migrants comme le Sénégal.

’’La migration irrégulière, c’est des pertes en vies humaines, c’est une catastrophe pour tout le monde. Au cours d’une mission de terrain effectuée à Pointe-Sarène, au cours de cette formation, des migrants de retour, leurs familles et proches ont déploré beaucoup de morts à cause de la migration irrégulière qui implique plusieurs jeunes désoeuvrés qui, ne trouvant pas d’alternatives, sont beaucoup plus motivés pour partir’’, a-t-elle souligné.

La responsable de l’OIM rappelle aux candidats à la migration irrégulière que, même s’il y a des difficultés, ’’leur avenir, c’est chez eux et que la vie humaine est chère, on ne doit pas jouer avec’’.

’’70% des jeunes qui partent à l’émigration irrégulière n’arrivent pas à destination car ils sont morts ou on les ramène dans leurs pays d’origine. Des études que nous avons menées ont montré que la plupart des jeunes, en partant, n’avaient pas les bonnes informations. Donc, la sensibilisation doit se faire à tous les niveaux’’, a-t-elle lancé.

Dans la même catégorie