GNA Retail campaign serving us well-Asokwa NPP Secretary GNA MoFA reviews extension service curriculum to promote agribusiness GNA Let’s adhere to COVID-19 prescribed protocols to prevent new infections ANG Pecuária/Director Geral de veterinária considera de positiva a campanha de vacinação contra raiva ATOP UN ATELIER DE REFLEXION SUR LE SYSTEME CARCERAL AU TOGO TENU A KARA ATOP PRESENTATION DES INDICATEURS ISSUS DE L’ENQUETE EHCVM AU TOGO : LE PAYS ENREGISTRE UNE BAISSE CONSTANTE DE LA PAUVRETE DEPUIS 2006 SELON L’INSEED-TOGO ATOP LE PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMNISTRATION DU FAG ET UNE DELEGATION DE L’ASSOCIATION DES LAUREATS 228 RECUS A LA PRIMATURE ANG Europa/Coronavírus ficou mais perigoso com mutação e causa temor ANG Justiça/PGR qualifica de “folcrore jurídico”, a suposta queixa do colectivo de advogados de Aristides Gomes contra um magistrado ANG Presidenciais/Costa do Marfim vai a votos sábado sob ameaça de boicote

Les leaders communautaires de Man sensibilisés sur la pratique de l’avortement thérapeutique


  20 Septembre      11        Société (24315),

   

Man, 20 sept 2020 (AIP) – L’Association ivoirienne pour le bien-être familial (AIBF), section Man, a initié samedi 19 septembre 2020, un atelier de sensibilisation sur l’avortement thérapeutique, une réponse contre certains cas de décès maternels.

L’objectif de ces échanges est de susciter une prise de conscience auprès des leaders communautaires, religieux et des membres de la société civile, sur la problématique de l’avortement clandestin qui engendre des pertes en vie humaine.

« La vie humaine est très importante. Nous exhortons toute la population à comprendre que l’avortement est un fléau et nous devons nous mettre ensemble pour essayer d’aider l’Etat de Côte d’Ivoire à assouplir un peu la règlementation pour que l’avortement soit pratiqué dans de meilleures conditions », a estimé le coordonnateur régional de l’AIBF Man, Jean-Marius Gnamien.

La sage-femme d’AIBF Man, N’guessan Yaba Micheline, a souhaité pour sa part, compter sur l’appui des leaders communautaires pour que l’Etat adopte la nouvelle loi relative à l’avortement sécurisé, en vue d’éviter des mortalités maternelles.

« Il faut poursuivre la sensibilisation dans les communautés sur les soins après l’avortement, pour sauver les vies de ces femmes et les mettre sur des méthodes contraceptives, pour permettre au corps de la femme de bien reprendre et faire son enfant au moment où elle le veut », a-t-elle souligné.

A cette rencontre, les participants ont plaidé pour qu’une meilleure communication soit faite sur le protocole de Maputo, ratifié par la Côte d’Ivoire, et qui permet l’avortement sécurisé pour éviter les pertes en vie humaine engendrées par l’avortement clandestin.

(AIP)

Dans la même catégorie