AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un pasteur détourne la femme d’un doyen de son église de Diégonefla APS FATICK : 6 MORTS DANS UNE COLLISION ENTRE UN CAMION ET UN BUS APS CASAMANCE : L’ARMÉE DÉTRUIT DEUX POSTES DE CONTRÔLE DU MFDC, SELON UNE SOURCE SÉCURITAIRE APS L’UA SALUE LE ’’RÔLE CLÉ’’ D’IDRISS DÉBY DANS LA PROMOTION DE LA PAIX ET LA SÉCURITÉ APS IDRISS DÉBY, ÉTAIT UN ’’PARTENAIRE ESSENTIEL’’ DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME (SG ONU) APS ALTERNATIVES AU PLASTIQUE : LE DIRECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT SALUE L’ADHÉSION DES POPULATIONS APS CASAMANCE : LE GOUVERNEMENT SE DONNE CINQ ANS POUR ÉRADIQUER LES MINES ANTIPERSONNEL GNA AOMC supports Government stands against third-party fuel supplies GNA Ledzokuku MP donates 2000 street lights to light up constituency GNA Israeli Embassy, others mark Earth Day with tree planting

Les magistrats burkinabé souhaitent travailler dans la sérénité


  26 Février      20        Justice (1123),

   

Abidjan, 26 fev 2021 (AIP)- Le président du Conseil supérieur de la Magistrature du Burkina Faso (CSM), Mazobé Jean Kondé, a indiqué jeudi 25 février 2021 devant le chef de l’Etat, Marc Christian Kaboré, que l’institution judiciaire souhaite travailler dans la sérénité afin de répondre aux attentes de leurs compatriotes.

« Les animateurs de l’institution judiciaire dans leur grande majorité aspirent à la sérénité, à une paix des braves », a indiqué M. Mazobé à l’ouverture de la rencontre statuaire entre le président du Burkina Faso et les membres du CSM.

D’après l’Agence d’informations du Burkina (AIB), le président du CSM a expliqué cette aspiration par le fait que l’année judiciaire passée (2020) a été tumultueuse et a vu s’installer la méfiance, la défiance, la belligérance entre les syndicats des magistrats et le ministère de la Justice.

« A l’heure actuelle, l’institution judiciaire ne souhaite avoir pour rôle que celui de rendre la justice au nom du peuple burkinabè et répondre ainsi aux attentes qui peuvent être les siennes », a précisé le président du CSM.

La rencontre entre le président du Burkina Faso et les membres du Conseil supérieur de la magistrature est prévue une fois l’an conformément à l’article 131 révisé de la Constitution.

La précédente rencontre s’est tenue le 14 novembre 2019 et la présente devait se tenir en novembre 2020, mais a été différée à cause des élections couplées présidentielle et législatives.

Dans la même catégorie