MAP M. Bourita à Bamako porteur d’un message d’encouragement, d’amitié et de solidarité APS UN PROJET D’ASSISTANCE SOUS FORME DE TRANSFERTS MONÉTAIRES CIBLE PLUS DE 145.000 PERSONNES DANS 12 DÉPARTEMENTS APS MACKY SALL : « LE TER VA DÉMARRER DANS LES PROCHAINS MOIS » AIP Côte d’Ivoire –AIP / Le journal  » l’Inter  » rafle le prix du meilleur organe de presse de la CAIDP ANP Des journalistes ouest-africains en formation sur la lutte contre les crimes économiques et financiers ANP Rencontre des Cadres de la Communication : Les participants recommandent un rehaussement des subventions allouées au secteur APS LE PRÉSIDENT SALL PRESSE LE GOUVERNEMENT D’ACCÉLÉRER LES RÉFORMES DANS PLUSIEURS SECTEURS APS AGROÉCOLOGIE : DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE PEAUFINENT LEUR CONTRIBUTION À LA POLITIQUE AGRICOLE NATIONALE APS MAGAL 2020 : SONATEL RENFORCE SA PRÉSENCE APS VERS UN ALLÉGEMENT FISCAL POUR LA PRESSE ET LE TOURISME SUR LA PÉRIODE 2020-2021

LES MEMBRES DE L’AFS-TOGO FORMEES SUR LE DROIT DES FEMMES DANS L’ENVIRONNEMENT CARCERALE AU TOGO


  14 Août      13        Société (23190),

   

Lomé, 14 août (ATOP) – Les membres de l’Association des Femmes Surveillantes de l’administration pénitentiaire du Togo (AFS-Togo) ont été formées, le vendredi 14 août à Lomé sur « le droit des femmes dans l’environnement carcérale au Togo ».
Organisé par le corps des surveillants de l’administration pénitentiaire, cette formation placée sous le thème « Femmes et prisons », a regroupé soixante-dix femmes des prisons de Lomé, de Tsévié, Vogan, et d’Aného. L’objectif est d’améliorer les conditions de vie et de travail des femmes en milieu carcéral par le renforcement de leurs capacités. Il s’agit aussi pour le corps de surveillance de l’administration pénitentiaire de lancer à travers cette initiative, un appel aux autorités de leur ministère de tutelle, sur la nécessité d’organiser des formations continues afin d’améliorer davantage les prestations des surveillants au sein des prisons d’une part et le renforcement de l’effectif de ce personnel par un recrutement d’autre part.
Les participantes ont été entretenues sur « les droits des femmes et la gestion des prisons ; la santé maternelle et l’hygiène personnelle dans l’environnement du travail, ainsi que sur les techniques de fouille et de détection des drogues et autres stupéfiants ».
Le secrétaire général du ministère en charge de la Justice, Missité Aworou a indiqué que dans le système carcéral au Togo, même si les femmes détenues sont séparées des hommes, il n’en demeure pas moins vrai que le contact du personnel de surveillance de sexe masculin est régulier dû au fait qu’il n’existe pas de personnels féminins spécialement affectés à la surveillance des femmes comme le veulent les Nations unies. « La séparation des hommes et des femmes et l’affectation d’un personnel exclusivement féminin à la surveillance des détenues sont des garanties fondamentales contre la violation des droits des femmes, personnel de surveillance et détenues », a-t-il ajouté.
Pour le directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, Idrissou Akibou, les actes de violation des droits des femmes, personnel de surveillance et détenues, sont des défis à relever, raison pour laquelle les premiers responsables du département de la Justice s’investissent à promouvoir les droits des femmes, ainsi que la santé maternelle, de reproduction, physique et mentale de celles-ci dans l’environnement carcéral pour plus d’équité en matière de justice.
Selon, le chef des opérations du corps des surveillants de l’administration pénitentiaire, Nicada Séou il s’agit pour ces femmes surveillantes des milieux carcéraux, à travers cette formation, de parfaire ou changer leur quotidien dans le cadre de la mission qui leur est confiée dans les prisons.

Dans la même catégorie