ACAP La République Centrafricaine célèbre en différé la journée mondiale de Vih/sida ANP Le Président de la République reçoit le Président de la Commission de la CEDEAO ANP Elections au Niger : Atelier de formation des FDS sur le respect des droits de l’homme dans la sécurisation du processus électoral ACAP La Cour Constitutionnelle publie la liste des candidats à l’élection présidentielle 2020-2021 ANG Formação/Presidente da República manifesta disponibilidade de apoiar o Instituto de Formação da CPLP ANG Política/Presidente da ANP reafirma que não reconhecem a figura de 1º vice-primeiro-ministro GNA Health Experts say awareness creation key in fight against NCDs AGP Gabon/Journée mondiale contre le VIH/Sida: Un dépistage de masse organisé par la SEEG à Franceville INFOPRESS Presidente da República pede “atenção especial” na garantia dos direitos das pessoas com deficiências INFORPRESS Cabo Verde é segunda maior área de nidificação de tartarugascarettacaretta no Atlântico Norte – DNA

LES MEMBRES DU COMITE INTERMINISTERIEL DE COORDINATION ET SUIVI DES ACTIVITES DE MIGRATION FORMES


  22 Octobre      14        Société (25557),

   

Kpalimé, 22 oct. (ATOP) – Les membres du Comité Interministériel de Coordination et de suivi des activités de migration et développement sur la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO ont participé du 20 au 22 octobre à Kpalimé, à un atelier de renforcement de leurs compétences.
Initiée par le Groupe de Réflexion, Femme Démocratie et Développement (GF2D), cette rencontre a reçu l’accompagnement technique de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’appui financier du Free Movement and Migration (FMM) et l’Union européenne. Elle s’inscrit dans le cadre du projet « Promotion d’une citoyenneté communautaire à travers la sensibilisation sur la carte biométrique et de lutte contre les tracasseries au niveau des frontières ».
L’objectif de cette session de formation est de renforcer les capacités des membres du comité interministériel en vue de suivre la mise en place des unités de suivi de la libre circulation. Il s’agit de permettre aux membres du comité, d’avoir une bonne connaissance du projet et de mettre en place une feuille de route pour l’établissement des unités de suivi de la libre circulation et d’avoir une bonne connaissance des textes qui régissent la libre circulation des personnes et des biens dans sous-région.
Cette session de formation a permis d’améliorer les connaissances des membres du comité interministériel sur les principes de la libre circulation des personnes ; le droit de résidence et d’établissement dans l’espace de la CEDEAO. Elle a permis également d’outiller les participants sur les documents et les formalités administratifs de voyage et les procédures douanières aux postes de contrôle des frontières terrestres de Kodjoviakopé, Sanvee-Condji et de Cinkassé, en vue de les rendre capables de gérer et d’assumer le suivi de la mise en place des unités de suivi de la libre circulation.
Les échanges ont permis aux différents acteurs de redéfinir les actions prioritaires, les tâches et les responsabilités de chaque acteur, les délais de mis en œuvre et de réévaluer les moyens nécessaires pour la mise en œuvre effective de ces unités de suivi aux niveaux des frontières.
A l’occasion, la présidente du Comité Interministériel de Migration et Développement, Mme Badohoun-Womitso Enyonam Victorine, a rappelé aux participants que leur présence à ces assises témoigne une fois encore leur détermination et leur attachement aux questions du mieux-être des populations, notamment en ce qui concerne leur libre circulation au sein de la communauté sous-régionale. Elle les a invités à s’investir pour l’atteinte des résultats qu’ils détermineront ensemble. Mme Badohoun-Womitso a témoigné sa gratitude à la CEDEAO et au bureau de l’OIM pour leur appui, souhaitant que les étapes suivantes soient vite franchies pour permettre aux populations de vaquer librement à leurs affaires entre les différents pays.
La représentante de l’OIM-Togo, Mme Kondodji-Traoré Abeté Nana, a souligné que la protection des migrants est une valeur fondamentale de l’OIM, estimant qu’environ 90% des citoyens de la Communauté de la CEDEAO migrent dans toute la région de l’espace et les pratiques néfastes liées à cette mobilité sont rependues. Elle a indiqué que l’implication de l’OIM dans le projet FMM Afrique de l’Ouest, consolide son engagement à maximiser le potentiel de développement de la libre circulation et de la migration en Afrique de l’Ouest.
La coordinatrice du GF2D, Mme Tounou Adoudé a indiqué que le nouveau transfert d’attribution de mission d’installation des unités de suivi de la libre circulation au comité interministériel renforce davantage la collaboration entre les acteurs étatiques et les organisations de la société civile pour l’atteinte d’un objectif commun, celui de contribuer à la mise en œuvre effective du protocole de la libre circulation des personnes aux postes frontaliers du Togo.
Le secrétaire permanent de la CEDEAO, Wilfred Dodzih a relevé les difficultés quotidiennes telles que, les extorsions et les harcèlements dont sont victimes les commerçants au poste de contrôle des frontières, d’après une enquête sur les politiques migratoires en Afrique de l’Ouest.
Pour lui, la mise en place des unités de suivi de la libre circulation et la formation des membres du comité interministériel de coordination et de suivi des activités de migration et développement sur la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO permettront de corriger cet état de choses.

Dans la même catégorie