AGP Gabon/Oyem: Le budget du conseil municipal voté à plus de 900 millions de F CFA AGP Gabon/Lutte contre le tabagisme: Une campagne d’information et de sensibilisation lancée à Libreville AGP Gabon/Education nationale: Le Sena demande plus de lisibilité sur les dossiers déjà régularisés AGP Gabon: Liliane Massala présente ses lettres de Cabinet à Louise Mushikiwabo ACP Présentation du dictionnaire essentiel des infractions environnementales en droit congolais Inforpress Porto Novo: Obras da estrada de acesso às Marcelas prevista para os próximos dias – promotores ACP Plus de 39 millions de doses de vaccins avaient été administrées dans 49 États riches, selon l’OMS ACP La deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 se révèle plus meurtrière en Afrique qu’ailleurs, selon Africa-CDC ACP Covid-19 : l’Afrique a atteint plus de 3.310.000 cas confirmés Inforpress Fogo: Ministério da Saúde vai contratar um enfermeiro para Chã das Caldeiras – director região sanitária

Les opérateurs économiques d’Agboville instruits sur les Droits d’auteurs et droits voisins


  17 Décembre      17        Economie (10837),

   

Agboville, 17 déc 2020 (AIP)- Le directeur général du Bureau ivoirien des droits d’auteurs (BURIDA), Ouattara Karim,  a instruit, mercredi 16 décembre 2020, la population et particulièrement les opérateurs économiques d’Agboville sur l’importance et le bien-fondé des droits d’auteurs et droits voisins, à l’effet de les amener à payer la contrepartie pécuniaire des œuvres de l’esprit qu’ils utilisent, pour permettre aux créateurs que sont les artistes de jouir pleinement de leurs droits.

Le premier responsable du BURIDA qui intervenait dans le cadre d’un atelier de formation et de sensibilisation organisé par la Direction régionale de la Culture et de la Francophonie, a fait savoir d’emblée que les sociétés de gestion collective, comme le BURIDA, perçoivent les redevances de droits d’auteurs et de droits voisins auprès des utilisateurs des œuvres littéraires et artistiques pour les redistribuer aux artistes membres de la structure.

Bien entendu, ce sont a-t-il dit, les artistes dont les œuvres ont été diffusées ou reproduites qui perçoivent les droits correspondants aux exploitations faites.

Expliquant que loin d’être une taxe ou un impôt, le droit d’auteur selon le DG est un produit tout comme l’eau et l’électricité qu’il faut payer après consommation. De sorte que les utilisateurs que sont les maquis, les salons de coiffure, les bars, les restaurants, les hôtels, les hôpitaux, les cliniques, les services publics et les entreprises privés etc., partout où on utilise les œuvres de l’esprit en dehors du cadre familial, doivent pouvoir payer une contrepartie forfaitaire.

Car c’est à ce prix que l’artiste ou le créateur peut vivre de son art. Et la raison fondamentale de cette rencontre était de faire connaître à ceux qui étaient encore dans l’ignorance que le droit lié à l’exploitation publique des œuvres de l’esprit a pour but de doter l’artiste de moyens pour continuer à créer ou d’avoir des ressources pour vivre et envisager des lendemains meilleurs.

Outre le droit d’auteur qui revient au créateur principal de l’œuvre, les droits voisins sont du ressort de ceux qui participent à la confection de l’œuvre et lui donnent de la valeur en termes de parole, de mélodie, d’arrangement, notamment avec les instrumentistes etc., a indiqué l’orateur.

Au-delà de l’atelier, l’équipe du BURIDA passera une dizaine de jours dans la région de l’Agnéby-Tiassa pour prospecter et contractualiser pour le compte des artistes, à travers une caravane de recensement des utilisateurs d’œuvres de l’esprit.

(AIP)

Dans la même catégorie