AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

Les participants lors de l’atelier de validation du rapport de la première phase de la stratégie REDD+


  26 Juillet      32        Finance (3799), Photos (21279),

   

Abidjan, 25 juil (AIP)- Un financement de plus de 200 millions de dollars, soit près de 112 milliards de F CFA, devront être mobilisés pour la mise en œuvre de la stratégie de Réduction des émissions de gaz à effet de serre issue de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+), rapporte une note d’information transmise mercredi à l’AIP.

Ce programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la Côte d’Ivoire sera soumis aux partenaires techniques et financiers avant d’être finalisé en septembre 2018. La phase de démarrage se déroulera dans quatre régions à savoir le Guémon, le Cavally, le Gboklè et la Nawa, a révélé le secrétaire exécutif permanent de la REDD+ Côte d’Ivoire, Ahoulou Kouamé Ernest lors de la validation du rapport d’évaluation de la phase de préparation du mécanisme.

« La phase préparatoire de la REDD+ Cote d’Ivoire enregistre des progrès significatifs de 8,8 % en Mai 2016 à 58,8 % en Juillet 2018 », s’est félicité M. Ahoulou Kouamé, précisant que celle-ci a progressé grâce aux actions engagées par l’ensemble des parties prenantes à travers la coordination multisectorielle et la collaboration intersectorielle.

Une avancée notable qui selon lui se justifie par la mise à disposition d’une architecture nationale à savoir le niveau de référence estimé à 40 millions de taux de carbone, le système national de surveillance des forêts, les instruments de sauvegardes environnementale et sociale et la stratégie nationale REDD+.

Les forêts ivoiriennes sont passées de 16 millions d’hectares en 1900 à 3,4 millions d’hectares en 2015, soit plus de 75% en moins d’un demi-siècle. Le projet REDD+ vise à contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique et surtout pour la restauration de son couvert forestier de 20% d’ici 2030.

bsb/tm

Dans la même catégorie