ACP Les défis sécuritaires dans l’Est du pays au menu des échanges au gouvernorat du Nord-Kivu ACP L’ONU soutient une approche holistique pour la sécurisation de la région des Grands lacs APS KAFFRINE : DU RIZ D’UNE VALEUR DE 20 MILLIONS DE FRANCS OFFERTS À 2.716 MÉNAGES APS KAOLACK : LA SDES AMBITIONNE DE CRÉER UNE UNITÉ INDUSTRIELLE GNA President inspects projects for economic growth GNA John Mahama resumes Bono Regional tour GNA GRNMA supports members in Upper East Region GNA Queens Senior High School gets ultra-Modern science laboratory GNA Registrar-General opens Bono Regional Office GNA Asante Juaben gets food bank

Les populations de Gbéléban instruites en matière de prévention des menaces sécuritaires


  6 Août      15        Société (23161),

   

Odienné, 6 août 2020 (AIP)- Les autorités préfectorales de Gbéléban, en liant avec le Conseil départemental de sécurité (CDS) et la Cellule civilo-militaire (CCM), a organisé, mercredi 5 août 2020 à l’intention de leaders d’opinion locaux dont les chefs de village un atelier de formation et de sensibilisation sur la prévention des menaces sécuritaires dans le département.

Premier acte d’une série d’actions de ce type à venir, l’atelier auquel ont pris part également les guides religieux et les présidents de jeunesse, s’inscrit dans le cadre de la quête de l’instauration d’une nouvelle dynamique comportementale par l’information et la formation. Une population plus civique, collaborant mieux avec les autorités administratives et les forces de défense et de sécurité, pour un climat de paix favorable au développement du département.

Selon les préfet Addoh Tanoh, il s’agit de susciter une prise de conscience collective face à des comportements de nature à fragiliser le département, sur le plan de la sécurité, face à des menaces de tous genres notamment celle externe du terrorisme.

Localité frontalière Gbéléban constitue une cible idéale, a fait observer l’autorité préfectorale. La dernière attaque djihadiste à Fakolo, à la frontière malienne, a incité ses collaborateurs et lui à penser des activités de formation et d’information à l’intention des populations sur les menaces sécuritaire, à l’en croire. « Nos populations doivent changer. Mais pour le faire, nous devons leur apporter la formation l’information », a-t-il fait comprendre, plaçant d’ailleurs l’année sous ce sceau, avec pour premier acte l’activité de mercredi.

L’atelier a été marqué par quatre communications. La première, dite par le sous-préfet de Samango, Lath Esso, a porté sur la présentation des mécanismes locaux de veille sécuritaire, le comité départemental de sécurité et la cellule civilo-militaire.

La deuxième a été l’affaire de l’adjoint au commandant de compagnie de la gendarmerie territoriale d’Odienné, Capitaine Charles OKoma qui a traité des enjeux et défis sécuritaires dans le département. Un module qui a notamment permis de passer en revue les catégories de menace autant internes qu’externes. Le trafic de drogue de drogue, l’orpaillage clandestin, le terrorisme, entre autres.

Le commissaire de police de Gbéléban, Yacouba Koné, a, pour sa part instruit les participants sur le civisme, en tant que vertu à cultiver pour préserver la paix et la tranquillité dans le département. La dernière communication a permis d’instruire les chefs de village sur leur rôle et leur responsabilité, en tant qu’interlocuteurs privilégiés de l’admiration, dans la gestion sécuritaire de la localité. Elle a été l’affaire du sous-préfet de Gbéléban, Théophile Coulibaly.

La préfet Addoh a exhortés les participants à être des relais des informations reçues au sein de leurs différentes communautés.

Dans la même catégorie