APS Pathé Badiane : pose de la première pierre d’une stèle dédiée à Maba Diakhou Bâ ANP 1ère rencontre à Niamey des ministres en charge de l’Irrigation des Pays couverts par le projet PARIIS Inforpress Director nacional da educação defende metodologias activas no ensino do Francês em Cabo Verde Inforpress Cabo Verde prevê eliminação de transmissão vertical VIH/Sida em 2024 Inforpress Abraão Vicente participa no Fórum de Investimento e Comércio de Impacto na Guiné-Bissau AIP Des acteurs de la pêche réfléchissent sur les enjeux socio-économiques des petits pélagiques AIP Le PM Patrick Achi appelle à une administration publique au service du citoyen AGP Réhabilitation de la voirie urbaine de Boké : La Société CDM-CHINE offre 20 tonnes de ciments à la Commission de suivi AGP Siguiri/Société : Deux frères périssent dans une mine d’or à Kolenda AGP Siguiri/Société : Une maison et tout son contenu réduit en cendres dans la commune urbaine

LES PROFESSIONNELS DE LA TRADUCTION AU SÉNÉGAL VEULENT METTRE SUR PIED UN ORDRE NATIONAL DES TRADUCTEURS


  1 Octobre      8        Emploi (41),

   

Dakar, 30 sept (APS) – L’Association sénégalaise des traducteurs (ASTRA) cherche à se muer en ordre national pour mieux encadrer l’exercice de cette profession au Sénégal, a-t-on appris vendredi de son président, Séga Hamady Faye.

« L’objectif ultime de l’association est d’arriver à la création d’un ordre national des traducteurs. Nous sommes déjà reconnus et avons un récépissé, mais la création d’un ordre nous permettra de mieux règlementer le secteur », a dit M. Faye.

Il intervenait à la célébration de la Journée mondiale de la traduction, à l’initiative de l’ASTRA, sur le thème : « Un monde sans barrières ».

Le métier de traducteur est confronté à la « dérèglementation », qui se manifeste surtout par l’intrusion dans cette profession de personnes inaptes à son exercice, selon Séga Hamady Faye.

« La dérèglementation est le problème que nous rencontrons actuellement », a-t-il signalé.

Selon M. Faye, certaines personnes, parce qu’elles parlent deux ou plusieurs langues, s’improvisent traducteurs sans avoir les prédispositions de ce métier.

« Pour être traducteur, il faut, en plus des compétences linguistiques, acquérir une formation », a-t-il rappelé, invitant les traducteurs à se spécialiser dans un domaine, car la clientèle est de plus en plus exigeante.

« La mondialisation engendre des technologies (…) qui demandent une certaine expertise », a-t-il ajouté, laissant entendre que c’est également valable pour l’exercice du métier de traducteur.

Sans les traducteurs, « le monde sombrerait dans les ténèbres et l’incompréhension », soutient, pour sa part, le secrétaire général de l’ASTRA et coordonnateur du master de langues étrangères de l’université Gaston-Berger de Saint-Louis (nord), Aly Sambou.

Dans la même catégorie