APS Feux de brousse: 1500 Ha ravagés en trois mois dans la région de Louga (Eaux et forêts) APS Tambacounda : Le PUDC met en service le réseau électrique de Dyabougou MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines Economie MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Addis-Abeba abrite le 12 février la 1ere Conférence internationale de la FAO, de l’OMS et de l’UA sur la sécurité sanitaire des aliments AIP Côte d’Ivoire / Le ministre Sidi Touré annonce une évaluation trimestrielle du Programme social du gouvernement AIP Côte d’Ivoire/ Vers un encadrement des potières de Katiola par le centre céramique AIP Côte d’Ivoire/ Vingt ans de prison ferme pour les braqueurs d’Adjouan (Aboisso) AIP Côte d’Ivoire / L’encadrement des jeunes et des femmes entrepreneurs, une nécessité (Esmel Essis) MAP Marathon International de Marrakech: plus de 9.000 coureurs à la 30è édition

Les questions de finances publiques nécessitent la formation des députés (parlementaire)


  3 Juillet      24        Economie (21991), Finance (3696), Politique (21235),

   

Dakar, 2 juil (APS) – La grande complexité des questions liées à la gestion des finances publiques implique une formation des parlementaires, pour leur permettre d’avoir les outils nécessaires au moment de voter le budget, a indiqué lundi le député Serigne Cheikh Abdou Mbacké Bara Doly.

 »Vu la complexité des questions qui ont un rapport direct avec les finances publiques et l’exécution du budget de l’Etat, nous avons besoin d’être renforcés pour pouvoir faire face à nos missions », a-t-il notamment déclaré, lundi à Saly-Portudal (Mbour, ouest).

Il s’exprimait à l’occasion de la cérémonie d’ouverture d’un atelier de renforcement des capacités des parlementaires sur le contrôle budgétaire et l’évaluation des politiques publiques. Cette rencontre se tient à l’initiative de la Commission de l’économie générale, des finances, du plan et de la coopération économique de l’Assemblée nationale.

 »Même si nous jugeons très importante cette activité, nous déplorons le retard accusé dans l’organisation de ces sessions de formation qui auraient dû être organisées avant même la fin de la session parlementaire sur le budget », a estimé le député membre de ladite commission.

Mais,  »il vaut mieux tard que jamais », a reconnu le député, évoquant en l’occurrence des thématiques  »très importantes » pour les députés qui, à l’en croire, doivent être au fait de tout ce qui a un lien avec le budget et la gestion des deniers publiques.

ADE/ASG/OID

Dans la même catégorie