AGP Sénégal : la BAD soutient un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles avec plus de 60 millions d’euros AGP Guinée/Economie : 5.000 tonnes de poissons disponibles pour la période de repos biologique à Sonit-Pêche ANGOP L’Angola prêt à empêcher une éventuelle propagation du virus Ebola ANGOP L’Angola appelle à un débat permanent sur le flux illicite d’armes en Afrique GNA Forum of Heads of Girl’s SHS holds 2019 Summer Camp GNA Addressing campus unrest: administrators key to ensuring stability GNA Honour your tax obligations—Oxfam Ghana AGP Boké-Environnement : Le Réseau-Environnement-Bauxite reboise les alentours du Gouvernorat AGP Boké-Société : Le président des transporteurs miniers pour la préservation de la paix AGP Labé-Jeunesse : Des jeunes en conflit à Djonfo, Le préfet de Labé appelé en renfort

Les récentes violences xénophobes portent un coup dur au tourisme en Afrique du sud (professionnels)


  30 Avril      31        Economie (24394), Entreprises (1271), Securité (5195),

   

Rabat, 30 avril 2015 (MAP) – Les professionnels du secteur du tourisme sud-africain ont estimé, jeudi, que les récentes violences xénophobes qui ont secoué le pays, ont porté un coup dur à son image en tant que destination touristique.

Ces professionnels, cités par la presse locale, ont indiqué que la ville du Cap, qui n’a pas connu d’attaques xénophobes, a enregistré une baisse notable des arrivées de touristes étrangers depuis l’éclatement de ces événements violents.

La violence, qui a touché le Natal (Est du pays) et certains quartiers de Johannesburg, ont fait sept morts.

Les services de sécurité ont, certes, réussi à mettre fin aux violences, mais le mal est déjà fait notamment à l’industrie touristique du pays, déplorent les professionnels du secteur, qui attire près de 10 millions de touristes par an.

 »Les attaques ont porté atteinte à l’image de l’Afrique du sud en tant que destination touristique », a indiqué Thulani Nzima, président de l’office sud-africain du tourisme.
Rappelant que la promotion de la destination sud-africaine a toujours reposé sur l’hospitalité et l’ouverture du peuple, le responsable a relevé que les récents événements semblent avoir affaibli cet atout.

Il s’agit d’une situation qui suscite de profondes inquiétudes chez les professionnels , a-t-il ajouté.

Le tourisme s’est imposé durant les dernières années comme l’un des secteurs qui enregistrent le plus fort taux de croissance en Afrique du sud. Il est à présent le troisième secteur qui contribue le plus au Produit Intérieur Brut (PIB) du pays.

Le gouvernement sud-africain avait érigé le secteur en tant qu’activité économique prioritaire dans le cadre de sa politique de développement, en tablant sur une augmentation des revenus du secteur à plus de 500 milliards de rands (1USD = environ 12 rands) par an avant la fin de l’actuelle décennie.

Les autorités ambitionnent également de créer plus de 225.000 nouveaux postes d’emploi dans le secteur dans une tentative de juguler un taux de chômage qui affecte près de 25 pc de la population active.

Les responsables sud-africains ont multiplié les sorties récemment pour rassurer les touristes que le pays était sécurisé, soulignant que la récente vague de violence n’a touché qu’une petite partie du pays.

Par ailleurs, les professionnels du secteur au Cap, le plus important hub touristique du pays de Nelson Mandela, ont fait état d’une hausse des annulations de séjours touristiques dans cette ville côtières connue pour son énorme potentiel.

L’industrie touristique a connu un essor remarquable en Afrique du sud depuis la coupe du monde de football 2010, organisée dans ce pays africain.

En 2013, le secteur a généré des revenus indirects de l’ordre de 39 milliards de dollars, soit 9.7 pc du PIB, selon le conseil mondial du voyage et du tourisme.

Les touristes en provenance des pays africains représentent plus de 60 pc des arrivées dans le pays arc-en-ciel, avec 700.000 arrivées par an, contre 150.000 seulement pour l’Europe, 32.000 pour l’Amérique du nord et 16.000 pour l’Asie.

AO—BI
AJ.

Dans la même catégorie