MAP 7ème édition de « Atlantic Dialogues » à Marrakech : L’instauration d’un nouveau contrat social est devenue un impératif avec les nouvelles évolutions technologiques (Panélistes) MAP Les Etats-Unis sanctionnent trois individus et six entreprises pour leur rôle dans le conflit au Sud-Soudan MAP L’UE renforce son soutien au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière : 148 millions d’euros mobilisés en 2018 MAP Le FMI approuve 134 millions USD pour la Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Dion Rémy aux commandes de la mairie de Sanguiné pour cinq ans AIP Côte d’Ivoire/ Des actes d’incivisme décriés lors d’un panel à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des experts proposent la réduction des coûts pour une certification foncière généralisée AIP Côte d’Ivoire/ Le nouveau maire de Dualla souhaite le rattachement de certains villages à sa commune MAP CAN-2018 de Beach-soccer : Le Maroc termine 4ème NAN VP Osinbajo, Peter Obi clash at TV Debate

Les réformes de la MUGEFCI expliquées aux mutualistes de Séguéla


  18 Septembre      14        Société (45421),

   

Séguéla, 18 sept (AIP) – Les réformes initiées par les instances dirigeantes de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (MUGEFCI) ont été expliquées aux adhérents de la commune de Séguéla (Centre-ouest, région du Worodougou), au cours d’une rencontre qui s’est tenue lundi, dans la grande salle de réunions de la préfecture, sous la présidence du sous-préfet Kouamé Kouakou, représentant le préfet Benjamin Effoli.

Selon le premier vice-président du conseil d’administration, Mamadou Traoré, la décision de relèvement du taux de cotisation du régime  »Ivoire santé » de 15 000 à 25 000 francs a été prise depuis 2014 par le bureau précédent et fut entérinée par l’assemblée générale qui a eu lieu le 7 juin. Cependant, les adhérents d’avant juillet 2018 ne sont nullement concernés par la mesure qui ne vise que les nouveaux adhérents de plus de 40 ans qui ont jusqu’à la fin de l’année pour le faire. Auquel cas, ils seront forclos.

Autre réforme, la fixation d’un délai maximum de trois ans pour l’inscription des nouveaux fonctionnaires à  »Ivoire santé » qui, déficitaire, a une incidence négative sur le bilan de toute la MUGEFCI.

Il y a également, face aux abus, l’instauration d’un plafond de consommation individuel et annuel de 1,5 million de francs quand celui pour la famille est fixé à trois millions par an, sans omettre l’établissement d’un délai de carence de six, neuf et 12 mois respectivement pour les actes chirurgicaux, les grossesses et la lunetterie.

« Les gens ne viennent à Ivoire santé que quand ils sont malades au point où certains, en un an, consomment plus de 20 ans de cotisations », a dénoncé Mamadou Traoré qui a révélé de  »grosses fraudes » par des mutualistes et des prestataires.

Après son installation en octobre 2017, le conseil d’administration dirigé par Mesmin Comoé a diligenté deux audits qui ont fait ressortir un déficit cumulé de 11 milliards de francs CFA par le régime complémentaire  »Ivoire santé » depuis sa mise en place en 2002. D’où la nécessité des réformes.

Les autres révisions apportées sont la suppression de la part adhérent qui était devenue un  »véritable business » pour certains, l’abrogation du système des concubins et concubines ainsi que l’instauration d’un parcours de soins, surtout dans les laboratoires.

« Toutes ces reformes vont permettre à Ivoire santé d’être autonome financièrement », a déclaré le vice-président de la MUGEFCI qui a confié que, déjà, un regain de 200 millions de francs a été enregistré récemment.

Pour les différents intervenants, si ces mesures peuvent permettre à « l’outil commun » des fonctionnaires et agents de l’Etat d’être plus performant, qu’elles soient alors mises en œuvre.

Après Séguéla, la délégation de la MUGEFCI se rend mardi à Daloa, dans le Haut-Sassandra, pour une autre étape de cette campagne d’information et de formation qui se déroule sur l’ensemble du territoire national avec plusieurs équipes.

Créée par le décret no 73-176 du 27 avril 1973, la MUGEFCI est un instrument de mutualité sociale basé sur l’entraide à la disposition de près de 400 000 fonctionnaires et agents de l’Etat, en plus de leurs ayant-droits.

Dans la même catégorie