AIP La session ordinaire de délivrance de la carte CIJP 2021 ouverte AIP L’ex-ministre Sidiki Diakité inhumé au cimetière de Grand-Bassam AIP Présidentielle 2020 : Le DNC adjoint du candidat KKB promet des emplois à la jeunesse AIP Une fondation fait don de vivres et kits scolaires à des veuves et orphelins AIP Présidentielle 2020 : Le candidat KKB se dit prêt à servir la Côte d’Ivoire avec amour s’il est élu AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique « Point de la situation de la COVID-19 au 26/10/2020 » AIP Kobenan Adjoumani demande aux populations de Transua de ne pas céder aux provocations AIP Inter/Le ministre français du Commerce commente l’appel d’Erdogan à boycotter les produits français AIP Présidentielle 2020: Des observateurs locaux de l’élection renforcent leurs capacités à Agboville AGP Espace Schengen: Moukagni Iwangou prône le rétablissement du droit de visa du Gabon

LES RESULTATS DU REPASSAGE DU PIB ET DES COMPTES NATIONAUX DES ANNEES 2016-2018 PRESENTES


  30 Septembre      7        Economie (10074),

   

Lomé, 30 sept. (ATOP) – Un séminaire de présentation des résultats du repassage du Produit intérieur brut (PIB) et des comptes nationaux de 2016, 2017 et 2018 s’est tenu le mercredi 30 septembre à Lomé.

Ce séminaire est à l’actif des ministères en charge de la Planification du développement et de l’Economie et des finances. Il entre dans le cadre du « Projet de migration du Système de comptabilité nationale (SCN) 2008 au Togo ». Il s’est agi de présenter et de publier officiellement les résultats sur le repassage du PIB au Togo et des comptes nationaux des années 2016 à 2018 conformément aux recommandations du gouvernement et des partenaires techniques.

Cette rencontre a connu la présence des ministres de la Planification du développement et de la Coopération ; de l’Economie et des Finances, des membres du gouvernement, des députés, des représentants des organisations internationales accréditées au Togo, des directeurs généraux et chefs de services et des représentants de la société civile.

Au cours des travaux, les participants ont suivi la présentation succinctes des résultats ; la présentation de la méthodologie de l’ensemble du projet ; les difficultés rencontrées et perspectives ainsi que la présentation des résultats issus du cadrage macroéconomique.

Il ressort de ces résultats que le PIB de 2016, sous le SCN 2008, passe à 3574,4 milliards de FCFA contre 2618,1 milliards de FCFA suivant le SCN 1993, soit une réévaluation de 36,5 %. Pour l’année 2017, le PIB réel est de 3729,8 milliards de FCFA, correspondant à un taux de croissance de 4,3% entre 2016 et 2017. Le PIB nominal s’établit à 3713,6 milliards de FCFA pour la même année.

Le changement de l’année de base a été nécessaire d’autant plus que l’ancienne année de base des comptes nationaux qui est 2007 ne permet plus de capter les changements de structures opérés dans l’économie. Cette révision a consisté en l’adoption au niveau mondial de nouvelles méthodologies et d’outils d’élaboration des comptes pour mieux cerner les mutations opérées ces dernières années dans l’économie, en particulier dans le secteur tertiaire. Il s’agit notamment de la prise en compte de la recherche et du développement, le calcul des services d’intermédiation financière, des assurances et une meilleure évaluation du secteur informel.

Les travaux ont été réalisés par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED), avec la contribution de l’ensemble des parties prenantes engagées dans le processus.

Pour la ministre de la Planification du développement et de la coopération, Mme Demba Tignokpa, les prévisions révisées indiquent aussi que le taux d’endettement (dette rapportée au PIB) projeté se situe désormais à 51,9% en 2019 contre 68,3 % dans l’ancien système de comptabilité (SCN 1993) et à 51,8% contre 68,6% en 2020 (en prévision). « L’utilisation efficiente de ces nouvelles marges de manœuvre exige de relever encore davantage de défi de la mobilisation des recettes fiscales », a-t-elle précisé. Elle a invité le directeur de l’INSEED et ses collaborateurs à redoubler d’efforts pour une bonne conduite des prochaines phases, notamment la phase de rétropolation de la série des comptes existants et la production régulière des différents types de comptes de la nation.

Le directeur général de l’INSEED, Koame Kouassi a précisé que les comptes rénovés ont permis, de mieux mesurer la contribution des différentes activités au PIB, les dépenses de consommation des ménages, les investissements publics et privés ainsi que la part de la richesse créée par chaque catégorie d’agents économiques. Il a exprimé sa gratitude aux comptables nationaux de l’INSEED pour les efforts fournis en vue d’assurer le succès du projet.

Dans la même catégorie