MAP Sénégal: la candidature à la présidentielle n’est pas une condition pour obtenir la liberté provisoire (ministre de la justice) MAP Conférence sur le rôle de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains dans la préservation de la sécurité spirituelle en Afrique les 24 et 25 février à Kampala MAP Gabon: Huit morts et plusieurs blessés dans un accident de la circulation MAP Afrique du Sud: les élections générales fixées au 29 mai (Présidence) MAP Nucléaire: Les actions en faveur du continent africain constituent une priorité stratégique pour le Maroc (Ambassadeur) MAP Somalie: un attentat à Mogadiscio fait 5 morts MAP Sénégal/Présidentielle 2024 : Le Conseil Constitutionnel entérine la liste définitive des 19 candidats MAP IOSCO : Mme Hayat réélue à la présidence du Comité Régional Afrique et Moyen-Orient MAP Gabon: La croissance devrait s’établir à 3% en 2024 (FMI) MAP La désintégration de la société sud-africaine, résultat de la dépossession des Noirs de leurs terres (étude)

Les Zimbabwéens de retour d’Afrique du Sud se battent pour joindre les deux bouts (ONGs)


  29 Mars      68        Monde (1791),

 

Harare, 29/03/2023 -(MAP)- Les ressortissants zimbabwéens de retour dans leur pays en provenance d’Afrique du Sud à l’approche de l’expiration de leurs permis de séjour exceptionnel (ZEP) ont du mal à se réinstaller et se battent pour joindre les deux bouts, ont indiqué des ONGs zimbabwéennes.

Le gouvernement sud-africain avait décidé de ne pas renouveler le permis d’exemption des Zimbabwéens, dont ils ont bénéficié depuis 2009, accordant aux 180.000 détenteurs de ce document une période de grâce qui se terminera le 30 juin 2023.

Alors que les autorités zimbabwéennes ont affirmé avoir mis en place les mesures nécessaires pour accueillir leurs ressortissants de retour d’Afrique du Sud, les ONGs déplorent un manque d’accompagnement pour cette catégorie vulnérable.

Le président de l’Union des éducateurs zimbabwéens, Jack Mutsvairo, a souligné que les déclarations du gouvernement concernant l’aide apportée aux familles retournées dans le pays n’étaient « que de la rhétorique ».

« Jusqu’à présent, nous n’avons rencontré aucun rapatrié ayant reçu de l’aide du gouvernement. Les ressortissants zimbabwéens de retour ont du mal à se réinstaller dans leur pays d’origine », a-t-il regretté.

Pour sa part, la fondatrice de la Politeness Foundation, Polite Mbowa, a déclaré que la plupart des rapatriés n’avaient pas les moyens de payer les frais de scolarité de leurs enfants.

« Ces personnes ont vraiment besoin d’un système de soutien du gouvernement », a-t-elle ajouté, notant que certaines d’entre elles pensent déjà à retourner en Afrique du Sud pour trouver un travail et subvenir aux besoins de leurs familles.

La décision du gouvernement sud-africain de ne pas prolonger le permis de séjour des Zimbabwéen a suscité les critiques des ONG des droits de l’Homme dans le pays. La Fondation Helen Suzman (HSF) avait lancé une action en justice contre le gouvernement pour annuler cette décision.

L’ONG sud-africaine a argué que « les immigrés zimbabwéens seront confrontés à un choix désespéré : rester en Afrique du Sud en tant que migrants sans papiers, avec toute la vulnérabilité qui s’attache à un tel statut, ou retourner dans leur pays d’origine où la situation économique est restée inchangée ».

L’Afrique du Sud, qui compte près de 4 millions d’immigrés, a durci ses réglementations en matière de visas au cours des dernières années, dans un contexte marqué par une crise économique aiguë et des taux de chômage records dépassant 34%.

Dans la même catégorie