NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

L’Ethiopie prévoit d’augmenter les exportations de 36 pc à l’horizon 2020


  7 Novembre      83        Economie (21994), Finance (3696), Photos (20298),

   

Rabat, 07 nov 2017 (MAP)- L’Ethiopie prévoit d’augmenter les exportations de 36 pc à la fin du deuxième Plan de Croissance et de Transformation (GTP-II) 2015-2020, alors que le contexte international était globalement moins porteur et que la sécheresse a considérablement pesé sur la production agricole.

Lors de la présentation, lundi, de la performance annuelle de 2016/17 et le plan pour 2017/18 au Comité permanent des affaires budgétaires et financières de la Chambre des représentants, le gouverneur de la Banque nationale (NBE), Teklewold Atnafu, a fait savoir que la Banque centrale « s’efforçait » de soutenir la substitution des exportations et des importations en gérant la demande de devises et l’inflation qui s’est chiffrée à 12,2 pc en octobre, contre 10,8 pc en septembre et 9,4 pc un mois plus tôt.

Le commerce à l’exportation de l’Ethiopie a généré 678 millions de dollars au premier trimestre de l’année fiscale éthiopienne 2017-2018, qui a débuté le 7 juillet dernier, selon le ministère du Commerce.

Le pays d’Afrique de l’Est tablait à l’origine sur un secteur pouvant générer environ 977,2 millions de dollars au trois premier mois de l’actuel exercice financier, mais le secteur a affiché de moins bonnes performances avec seulement 678,4 millions de dollars, soit une réalisation de 69,4%.

Les produits agricoles sont parmi les marchandises les plus exportées pendant la période sous-revue, au cours de laquelle le café a rapporté 215,3 millions de dollars.

Le 11 octobre dernier, la Banque nationale d’Ethiopie a décidé de dévaluer le birr éthiopien (ETB) de 15%, initiative prise principalement pour accroître les performances du commerce à l’exportation de l’Ethiopie, estime-t-on.

Selon la NBE, la dévaluation de l’ETB, entrée en vigueur le premier jour du deuxième mois de l’année éthiopienne, a été décidée pour atteindre l’objectif fixé par l’Ethiopie qui est d’accroître les revenus du secteur des exportations pour l’actuelle année fiscale éthiopienne.

A cet égard, les experts et décideurs politiques éthiopiens ont récemment exprimé leur optimisme et estiment que le commerce à l’exportation, surtout pour les produits agricoles exportés vers les marchés étrangers, reprendra avec l’aide de la récente dévaluation fonctionnelle de la monnaie nationale.

Selon le gouverneur de la Banque nationale d’Ethiopie, la principale raison de la dévaluation du birr était de promouvoir le secteur des exportations et de fournir les devises nécessaires à la croissance rapide de l’économie du pays, dont le PIB a augmenté de 370 millions de birrs à 1,8 trillion birr au cours des six à sept dernières années.

Contrôler le flux d’argent, le prêt, et allouer des devises étrangères pour les domaines prioritaires comme l’agriculture et l’exportation sont parmi les mesures qui vont être prises par la Banque, a-t-il indiqué.

La banque s’efforcera également, a-t-il ajouté, de répondre aux demandes des secteurs d’investissement de substitution des exportations et des importations qui sont les outils de base pour surmonter le problème des devises étrangères.

En plus de cela, la banque a prévu de limiter le niveau d’inflation à un chiffre au cours de cette année fiscale, qui débuté le 7 juillet dernier.

Parlant de la performance de la banque lors de la dernière année fiscale éthiopienne (juillet 2016/juin 2017), il a noté que la NBE a réussi à maintenir l’inflation à 8,8% et a tenté de créer un environnement financier stable dans le pays.

Le deuxième Plan de Croissance et de Transformation 2015-2020 s’inscrit dans la continuité du GTP I. Au plan macroéconomique, il entend maintenir une croissance à deux chiffres dans un « environnement économique stable ».

Même si la croissance ciblée de 11 pc n’a pas été enregistrée en raison de la sécheresse induite par le phénomène El-Nino, des résultats encourageants ont été atteints dans la croissance économique au cours de la première année de GTP-II.

Au cours de l’année fiscale éthiopienne (juillet 2015/juin 2016) la croissance a atteint 6,5%, un résultat moins bon que l’année précédente (10,2%) mais qui place toujours l’Ethiopie parmi les économies dont les taux de croissance sont les plus élevés au monde.

Auteur
MOHAMMED FARHANE, KARIM AOUIFIA

Dans la même catégorie