MAP L’AMDIE organise une rencontre d’affaires de haut niveau à l’occasion de l’Africa CEO Forum de Kigali MAP La CGEM prend part à Kigali à l’Africa CEO Forum MAP Praia abrite le deuxième Forum sur la santé en Afrique GNA Minister warns directors against interference in award of road contracts NAN Dentist advises public to avoid high intake of refined carbohydrates NAN AFCON 2019: We dedicate qualification to God, Tanzanians — Coach Amuneke NAN AFCON U-23 Qualifier: Dream Team V11 victory excites fans MAP Sahara marocain : Sao Tomé-et-Principe continuera à se positionner au côté du Maroc dans sa défense de sa cause juste (ministre des Affaires étrangères) MAP La ministre nigérienne de l’Intégration africaine félicite le Maroc pour la réussite de la Conférence sur l’appui de l’UA au processus politique de l’ONU sur le différend autour du Sahara marocain MAP Cyclone Idai, le Mozambique compte ses victimes et prie pour éviter le pire

L’histoire de la Femme noire et de ses cheveux crépus selon le livre (Hair Story D. Ayana Bryrd et Lori L. Tharp)


Conakry, 03 août 2016 (AGP) – Ce qui suit ne concerne que les femmes noires en Amérique. Il est basé sur le livre (Hair Story) 2001 par D. Ayana Bryrd et Lori L. Tharp, et résumé par la blogeuse afro-américaine Abagond. Je l’ai traduit uniquement à titre informatif (avec son aimable autorisation), pour tout ceux et celles qui comme moi s’interrogeraient sur l’histoire de la relation de la femme noire occidentale à ses cheveux crépus.

La plupart des noirs en Amérique viennent d’Afrique sub-saharienne. Dans cette partie du monde les cheveux vont du crépu vaguement ondulé et fluide. Dans les années 1400 et 1500, il y avait toutes sortes de coiffures magnifiques. Les africaines avaient les bons types d’huiles et peignes pour se coiffer. Certainement prenaient des heures, d’autres même des jours. Seuls les fous et les personnes endeuillées ne s’occupaient pas de leurs cheveux.

Puis dans les années 1500 vinrent les négriers d’Europe. Une des premières choses qu’ils faisaient quand ils vous attrapaient étaient de vous couper les cheveux. Ce n’était que le début d’un long processus visant à effacer totalement votre culture et identité, de briser votre esprit pour vous rendre plus facile à contrôler. Les esclaves ont commencé à arriver en Amérique dans les années 1600.

Dans les années 1700, les esclaves américains travaillaient souvent jusqu’à l’épuisement puis la mort. Ils avaient peu de temps pour les choses comme les belles coiffures africaines. Ainsi, la plupart des femmes recouvraient leurs cheveux à l’aide d’un chiffon. C’était non seulement pour cacher leurs cheveux défaits, mais parfois aussi des choses comme la teigne ou les poux. Celles qui travaillaient à l’intérieur, elles pouvaient prendre soin de leurs cheveux. Pour eux, les nattes étaient courantes.

Dans les années 1800, les navires négriers cessèrent de venir d’Afrique. C’était le début de la raréfaction des esclaves. Cela signifiait que les esclaves en Amérique ne travaillaient plus si durement: leur vie valait maintenant plus ($1500 et plus)et il fallait donc les ménager. Ils ont donc commencé à avoir leur jour de repos le dimanche. Cela a donné aux femmes le temps de s’occuper de leurs cheveux, qu’elles couvraient encore dans un chiffon au cours de la semaine, mais les exposaient le dimanche à l’église.

Mais les choses ne se sont pas redevenus comme en Afrique pour deux raisons:

1-Le manque de produits de soins capillaires: personne en Amérique ne vendait de l’huile de palme ou les peignes adaptés aux cheveux afro. Ainsi, les femmes ont commencé à se débrouiller avec du beurre, de la graisse de bacon et d’autres graisses d’origine animal.

2-L’idée de “beaux cheveux”: vivre dans un pays de racistes blancs faisait que les femmes noires considéraient le cheveu crépu comme “mauvais” et les cheveux longs et lisses comme “bons cheveux”. Avoir les cheveux proches de ceux du maitre blanc était signe d’évolution et par conséquent augmentaient vos chances d’avoir accès à l’éducation, à de meilleurs traitements, et peut-être même à la liberté. Alors elles ont essayé de lisser leurs cheveux, même si cela voulait dire utiliser des produits chimiques dangereux comme la soude (qu’elles mélangeaient avec des pommes de terre).

L’idée de “bon cheveu” a également été renforcé par la façon dont les esclaves noirs des maisons et ceux affranchis paraissaient: à peau claire ou métis. Ce qui signifiait qu’ils avaient “les bons cheveux”. Pourtant, leur bonne fortune n’avait rien à voir avec leur apparence physique: c’est parce qu’ils avaient des relations avec des blancs anti-esclavagistes qui les ont aidés.

Après la guerre de sécession où tous les esclaves ont été libérés, l’idée des “bons cheveux” c’est renforcée contrairement à ce qu’on pourrait croire: les noirs qui avaient été libérés avant la guerre voulaient s’accrocher à leur position au sommet de la société noire, de sorte qu’ils ont utilisé comme excuse leur peau claire et leurs “bons cheveux”.

Dans la même catégorie