APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques » APS Feux de brousse: 1500 Ha ravagés en trois mois dans la région de Louga (Eaux et forêts) APS Tambacounda : Le PUDC met en service le réseau électrique de Dyabougou MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines Economie MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Addis-Abeba abrite le 12 février la 1ere Conférence internationale de la FAO, de l’OMS et de l’UA sur la sécurité sanitaire des aliments AIP Côte d’Ivoire / Le ministre Sidi Touré annonce une évaluation trimestrielle du Programme social du gouvernement AIP Côte d’Ivoire/ Vers un encadrement des potières de Katiola par le centre céramique AIP Côte d’Ivoire/ Vingt ans de prison ferme pour les braqueurs d’Adjouan (Aboisso) AIP Côte d’Ivoire / L’encadrement des jeunes et des femmes entrepreneurs, une nécessité (Esmel Essis)

Libéria : La croissance projetée à 3,9 % en 2018 et à 5 % en 2019 (BAD)


  18 Janvier      54        Economie (21991), Finance (3696),

   

Rabat, 18/01/2018 (MAP) – La Banque africaine de développement (BAD) prévoit des taux de croissance de 3,9 % en 2018 et de 5 % en 2019 au Libéria, soutenus par une expansion de l’exploitation de l’or et du minerai de fer, la production commerciale d’huile de palme et la normalisation des investissements après la transition politique.

« Après une croissance de 0,7 % en 2014 et 0 % en 2015, l’économie s’est contractée de 1,6 % en 2016 tandis qu’une modeste reprise des exportations d’or devrait porter la croissance à 2,6 % en 2017 », ajoute la BAD dans son rapport annuel sur les « perspectives économiques en Afrique – 2018 », rendu public mercredi à Abidjan.

Depuis 2014, la croissance économique stagne au Libéria à cause des faibles cours des produits primaires et de l’épidémie Ebola de 2014–2015, ajoute le document, estimant que la croissance à moyen terme devrait rester en deçà des niveaux supérieurs à 7 % d’avant-Ebola.

Selon la BAD, les perspectives budgétaires sont menacées par la médiocre croissance économique, les faibles recettes, et les dépenses électorales et de sécurité. Les dépenses ordinaires dominent la dépense publique, dont les rémunérations représentent plus de 56 %.

Quant à la politique monétaire, elle reste limitée par une forte dollarisation, estimée à 67 % de la masse monétaire au sens large.

Le dollar libérien s’est déprécié depuis 2013, à un rythme qui n’a cessé de s’intensifier depuis 2016, pour atteindre 21 % en octobre 2017.

La dette publique extérieure a augmenté de 23 % du PIB en 2015 à 28 % en 2016, et pourrait atteindre 35 % en 2017.

Selon le Fonds monétaire international, le risque de surendettement était modéré en 2017, mais une baisse supplémentaire de la valeur des exportations pourrait le rendre élevé.

Dans la même catégorie