GNA Accra Mall launch Maiden Edition of ‘Future Fashion Fund’ ANP Sommet UA : Le Ministre du tourisme préside la cérémonie d’inauguration de l’hôtel NOOM ANP Journée mondiale contre la drogue : saisies de drogues d’une valeur de 13 milliards de FCFA au Niger Inforpress Cabo Verde com pesticidas abaixo do limite admissível mas frágil face à introdução fraudulenta do produto, José Teixeira Inforpress MpD “convicto” de que país irá atingir meta de um milhão de turistas até 2021- deputado Inforpress Autarquia da Praia promete criar corredor exclusivo para bus e táxi ao longo do ano em curso Inforpress Santo Antão: Amupal mobiliza projectos para atenuar desemprego que afecta mulheres no Planalto Leste AIP Côte d’Ivoire/ CAN 2019 : Résultats et classement à l’issue des premiers matchs de poules AIP Côte d’Ivoire/ Le programme d’appui au développement des filières agricoles présenté aux acteurs régionaux à Korhogo AIP Côte d’Ivoire/ HEC Paris veut créer un Master entrepreneuriat à l’INPHB de Yamoussoukro

Libéria : La croissance projetée à 3,9 % en 2018 et à 5 % en 2019 (BAD)


  18 Janvier      64        Economie (24030), Finance (3785),

   

Rabat, 18/01/2018 (MAP) – La Banque africaine de développement (BAD) prévoit des taux de croissance de 3,9 % en 2018 et de 5 % en 2019 au Libéria, soutenus par une expansion de l’exploitation de l’or et du minerai de fer, la production commerciale d’huile de palme et la normalisation des investissements après la transition politique.

« Après une croissance de 0,7 % en 2014 et 0 % en 2015, l’économie s’est contractée de 1,6 % en 2016 tandis qu’une modeste reprise des exportations d’or devrait porter la croissance à 2,6 % en 2017 », ajoute la BAD dans son rapport annuel sur les « perspectives économiques en Afrique – 2018 », rendu public mercredi à Abidjan.

Depuis 2014, la croissance économique stagne au Libéria à cause des faibles cours des produits primaires et de l’épidémie Ebola de 2014–2015, ajoute le document, estimant que la croissance à moyen terme devrait rester en deçà des niveaux supérieurs à 7 % d’avant-Ebola.

Selon la BAD, les perspectives budgétaires sont menacées par la médiocre croissance économique, les faibles recettes, et les dépenses électorales et de sécurité. Les dépenses ordinaires dominent la dépense publique, dont les rémunérations représentent plus de 56 %.

Quant à la politique monétaire, elle reste limitée par une forte dollarisation, estimée à 67 % de la masse monétaire au sens large.

Le dollar libérien s’est déprécié depuis 2013, à un rythme qui n’a cessé de s’intensifier depuis 2016, pour atteindre 21 % en octobre 2017.

La dette publique extérieure a augmenté de 23 % du PIB en 2015 à 28 % en 2016, et pourrait atteindre 35 % en 2017.

Selon le Fonds monétaire international, le risque de surendettement était modéré en 2017, mais une baisse supplémentaire de la valeur des exportations pourrait le rendre élevé.

Dans la même catégorie