MAP BMCE Bank of Africa lance une ligne de financement destinée à la gestion des ressources en eau AIP PSGouv: Une stratégie de gestion des déchets biomédicaux bientôt élaborée AIP Les icônes de la paix des universités formés à la vie associative et au leadership AIP Un dispositif sécuritaire annoncé pour lutter contre le vol des téléphones Android GNA Let’s go back to the roots of Christianity GNA Veep wishes Christians a happy Easter celebration GNA Significance of Easter should spur us to sacrifice for our prosperity–President MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Lamalif Afrique porte la mission de former les jeunes et leur assurer un emploi dans leurs pays d’origine (Maître Gims) APS VERS L’OUVERTURE D’UNE AMBASSADE SÉNÉGALAISE À LA HAVANE (AMBASSADEUR)

Liberia: une ONG américaine s’excuse pour des viols sur des filles d’une école qu’elle gérait


  15 Octobre      30        Evénements (2666), Photos (20905), Société (48402),

   

Monrovia, 14/10/2018 (MAP) – L’ONG américaine « More thant Me » opérant au Liberia a présenté ce weekend ses excuses pour les cas de viols de jeunes filles dans une école qu’elle dirigeait.

« Nous sommes profondément, immensément désolés », a écrit l’ONG sur son site web (www.morethanme.org) en réaction aux révélations du site d’investigations américain ProPublica.

Des filles étaient abusées par le cofondateur de l’ONG Macintosh Johnson au sein de cette école implantée dans un bidonville de la capitale libérienne, Monrovia. Il est mort du sida en 2016 et il est à craindre qu’il ait infecté ses victimes, parfois âgées de 10 ans seulement.

« A toutes les filles qui ont été violées par Macintosh Johnson en 2014 et auparavant: nous avons échoué avec vous », peut-on lire. « Nous avons donné à Johnson un pouvoir qu’il a exploité en abusant d’enfants. Ces dynamiques de pouvoir ont entravé la capacité de l’équipe à immédiatement rapporter ces abus à notre direction. Notre direction aurait dû reconnaître les signaux plus tôt. »

Dénoncé par des filles, Johnson avait été arrêté. Son procès en 2015 fut suspendu en raison de suspicions de pots-de-vin, selon ProPublica. Il devait être rejugé lorsqu’il est mort, en 2016.

L’école, ouverte en 2013, fut la première des 18 de More Than Me dans cet Etat pauvre d’Afrique de l’ouest.

L’ONG avait levé plus de 8 millions de dollars de fonds, dont près de 600.000 provenant du gouvernement américain. Elle avait aussi reçu le soutien de la présidente du Liberia à l’époque, Ellen Johnson Sirleaf.

Dans la même catégorie