Inforpress Basquetebol: Selecção masculina sobe 26 posições no ranking da FIBA e está entre os 100 melhores do mundo Inforpress Ano Judicial: PR diz que “excessiva morosidade processual” é o “maior problema” do sector da Justiça AGP Labé : le projet HSD lance ses activités de formation des prestataires de santé AIP Les sociétés coopératives commercialisent trois fois plus de cacao que les traitants à Gagnoa en 2020-2021 (Conseil café-cacao) ANG ANG/Primeiro-ministro diz esperar aprovação do OGE/2022 ATOP LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET DE RÉHABILITATION ET DE RENFORCEMENT DU SYSTÈME D’ADDUCTION D’EAU À SODO ATOP PLAN INTERNATIONAL TOGO ET SES PARTENAIRES ONT CELEBRE L’EVENEMENT A SOKO-TOMETY ATOP LE PDC DE SOTOUBOUA 1 VALIDE AIP ACF lance le projet Act-Femmes à Ferkessédougou AIP Interview/ Pdt Huawei Afrique de l’Ouest : « Nous avons misé sur les talents locaux au Bénin »

L’INDUSTRIALISATION NÉCESSITE UN PARTENARIAT ‘’FÉCOND’’ AVEC LES RÉGIONS


  20 Octobre      32        Economie (13810),

   

Fatick, 20 oct (APS) – Le ministère du Développement industriel et des Petites et moyennes industries milite pour un partenariat ‘’fécond’’ avec les régions, basé sur une démarche participative, a dit Abdoulaye Ly, conseiller technique du ministre chargé de ce département ministériel.

‘’Le ministère souhaite la définition d’un partenariat fécond entre les régions et son département, un partenariat avec chaque région, afin d’optimiser tout ce qui se fera en matière d’industrialisation’’, a-t-il affirmé.

M. Ly intervenait à une réunion de partage du rapport diagnostic d’un ‘’projet master du plan de politique industrielle’’, lundi, à Fatick. La réunion a eu lieu sous la présidence d’Abdou Diop, l’adjoint du gouverneur de Fatick, chargé des questions de développement de cette région.

‘’La territorialisation de l’industrialisation n’est plus une option, mais une obligation, en raison de la macrocéphalie de Dakar, des difficultés à travailler à Dakar, ou encore des opportunités qu’il y a dans nos régions’’, a expliqué le conseiller technique du ministre du Développement industriel et des Petites et moyennes industries.

Dans le cadre de sa politique d’industrialisation, le ministère de tutelle reste ouvert aux propositions de projets et de programmes élaborés par les régions, a-t-il assuré.

Selon lui, de cette manière, il s’agit de ‘’mettre en place un mécanisme de concertation prenant en compte les préoccupations des populations à la base, dans le cadre de l’industrialisation’’.

Pour ce faire, des tournées vont être organisées dans toutes les régions du pays pour recueillir les observations des acteurs locaux, avec l’ambition d’‘’amorcer le développement de l’économie locale’’.

Il est prévu, dans cette perspective, un large partage de la politique industrielle avec les ‘’forces vives’’ de la nation, la société civile et le secteur privé, de concert avec les partenaires économiques et financiers de l’Etat et les chercheurs, ‘’pour une meilleure appropriation du processus’’, selon M. Ly.

Il a rappelé que l’Etat du Sénégal avait défini une politique industrielle en 2013, à une période où il n’y avait pas encore les découvertes de gisements pétroliers et gaziers.

Il n’y avait pas non plus ‘’une réelle appropriation de l’industrie numérique’’, et la décentralisation ‘’n’avait pas atteint ce niveau’’, a souligné Abdoulaye Ly.

‘’C’est pourquoi, pour optimiser le processus d’industrialisation, il faut prendre en compte ces nouveaux paramètres apparus sur le champ économique, mais aussi associer, dans le cadre d’une démarche participative, les acteurs à la base’’, a-t-il proposé.

Dans la même catégorie