ANG Progrès importants réalisés dans le processus d’intégration à la faveur de la ZLECAF (UA et UE) AGP Gabon : Inauguration de l’agence de la SEEG de la Cité Damas AGP Gabon : Vers une reprise du Championnat national de football APS MACKY SALL : « JE SUIS UN EXEMPLE VIVANT DE LA CAPACITÉ D’ADOPTION DU SINE » AGP Gabon : le Premier ministre le cap du nouveau Gouvernement APS BERNARD CASIMIR CISSÉ : « IL N’Y A QU’UN SEUL FICHIER, MAIS QUI DISPOSE DE DEUX COMPARTIMENTS » APS LES TRAVAUX DE BITUMAGE DE LA ROUTE KEUR MARTIN-WAHAL DIAM LANCÉS Inforpress Sal: Empregadas domésticas consideram-se mais valorizadas mas queixam-se da situação de vulnerabilidade

Littérature: «La vraie histoire de la rébellion ivoirienne», dédicacée à Ouagadougou


  28 Avril      60        Arts & Cultures (2293), Culture (2000), Livres (272),

   

Ouagadougou, 28 avril 2017 (AIB)- L’auteur ivoirien Ousmane Kader Sanogo a dédicacé, jeudi à Ouagadougou, son premier roman témoignage intitulé «La vraie histoire de la rébellion ivoirienne», a-t-on constaté.

L’ouvrage, également sous-titré : «Histoire d’une guerre dévoyée par Kigbafory Soro», «La difficile succession de ADO» est volumineux de 70 pages.

«Je veux interpeller tout le monde que mon pays (la Côte d’Ivoire) va mal», a déclaré devant  les journalistes burkinabè,  M. Sanogo, un acteur de la crise qu’a traversée  la Côte d’ivoire  en 2002.

L’auteur à travers la soixantaine de pages  parle de sa prison (juin 2004 à Juillet 2006), lors de rébellion ivoirienne  et les réalités rencontrées.

«Ce que je recherche à travers ce roman, c’est de dire à tous que Ado (Alassane Dramane Ouattara, président ivoirien, Ndlr)  n’a pas créé  la guerre en Côte d’ivoire», a affirmé Ousmane Kader Sanogo.

Il dit avoir choisi de témoigner à travers un livre édité au Burkina Faso par l’imprimerie des Editions Sidwaya, pour des raisons de «sécurités et de prudence».

A l’en croire,  la rébellion ivoirienne a été créée par le Commandant  Ibrahim Coulibaly dit IB assassiné, «avec l’aide de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré  et financé par  Mohamad Kadhafi de la Lybie lui aussi assassiné».

«Ado est venu par les élections, mais  je constate que la guerre n’est pas finie. Les gens ne veulent pas attendre les élections, ils veulent s’appuyer sur l’armée», a signifié M. Sanogo, alors technicien en logistique à l’intendance de la présidence jusqu’à 2011.

Le constat selon lui, est que récemment,   «les militaires ont pris les armes contre le président démocratiquement élu» qu’il  condamne avec «la dernière énergie».

«A un moment donné,  il faut dire aux africains que  la révolution c’est bien, mais il faut  la menée pour le bien être des peuples, mais pas pour se réaliser»,  a-t-il regretté, pointant du doigt Guillaume  Soro (actuel président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire).

«La révolution qu’il(Soro) mène c’est pour lui-même, c’est pour arriver au pouvoir suprême  sinon  aujourd’hui il a tout eu, il a été chef de la rébellion, Premier ministre, président l’assemblée nationale», a dénoncé l’ex-rebelle.

Ousmane Kader Sanogo, né en 1971 à Badikaha S/P de Tafiré  est l’un des descendants de Sékou Sanogo,  ancien député à l’Assemblée Constituante française représentant la Cote d’Ivoire d’outre-mer.

Lorsque la guerre éclata en 2002, il rejoint les rangs de la rébellion puisque proche  du commandant IB.

als

Dans la même catégorie