MAP COM2019: Focus sur les politiques budgétaires, le commerce intra-africain et le secteur privé à l’ère du numérique MAP L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU) ANGOP PR considera Cuito Cuanavale património da África Austral APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce

Littérature : l’écrivain Gaston-Paul Effa a présenté le roman philosophique « le Dieu perdu dans l’herbe; l’animisme, une philosophie africaine » 


  18 Avril      51        Arts & Cultures (2419), Culture (2055), Livres (285),

   

Lomé, 18 avr. 2016 (ATOP) – Le roman philosophique intitulé « Le Dieu perdu dans l’herbe; l’animisme, une philosophie africaine » du Camerounais Gaston-Paul Effa, a été présenté au public au cours d’une rencontre littéraire, le vendredi 15 avril à Lomé.

Cette activité, organisée par la délégation de l’Union Européenne au Togo s’inscrit dans le cadre des activités du « festival filbleues ». Cette rencontre a pour but d’édifier et d’éclairer l’assistance sur cet ouvrage philosophique qui promeut la culture identitaire à la base. Il compte 180 pages avec plusieurs titres développés, entre autres, la mort du père, le chemin qui ne mène nulle part, qu’est-ce que penser ?, l’œil écoute, Dieu perdu dans l’herbe, la vérité et la transmission.

L’ouvrage est un essai philosophique présentant l’animisme comme un art de vivre en lien avec la nature, pour réapprendre l’essentiel : respirer, contempler, oublier le temps, vivre sereinement et approfondir son rapport au monde. Pour le modérateur, Kagni Alem, professeur à l’Université de Lomé, le roman fait découvrir une « sagesse immémoriale » et une « source d’une parole vivante avec une relation respectueuse, sensible au monde et à soi-même ».

Pour Mme Anaté Kouméalo, professeur à l’UL, « c’est la nécessité pour nous africain de renouer avec nos racines, notre identité africaine afin développer nos sociétés et de redécouvrir nos vraies valeurs ».

Né en 1965 à Yaoundé (Cameroun), l’auteur dispense des cours de philosophie au lycée Mangin à Sarrebourg (France). Il a, à son actif, quelques ouvrages notamment « Ma » en 1995, « Je la voulais lointaine » en 2012 et « Perdez-vous avec l’heure » en 2015.

TM/GSY

Dans la même catégorie