GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health AIP Côte d’Ivoire/ Des vendeurs de drogue interpellés à Soubré

L’OMVS réclame un niveau de maîtrise d’eau de 45%


Dakar, 13 avr (APS) – L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) capitalise diverses réalisations parmi lesquelles un ouvrage de maîtrise des eaux du fleuve avec un niveau de l’ordre de 45%, a déclaré son Haut commissaire, Hamed Diane Senega.

« La seule maîtrise réelle que l’on a sur le fleuve en termes de régulation, est le barrage de Manantali, qui sert à stocker de l’eau pour la navigation, l’irrigation, la production hydroélectrique, une composante essentielle » a indiqué M. Senega.

Il se prononçait, jeudi, à Dakar, à la fin des travaux de la 6ème session des Initiatives pour l’avenir des grands fleuves (IAGF), qui s’est déroulée du 9 au 13 dans la capitale sénégalaise. A l’issue de cette rencontre, un accord cadre a été signé entre la société d’exploitation des aménagements de Manantali et Félou (SEMAF) et la compagnie nationale de Rhône (CNR).

Le Haut commissaire de l’OMVS a en outre jugé opportun, par rapport à la variabilité climatique, de « renforcer le plan d’eau avec l’apport des eaux de la Faléma donc, une deuxième régulation à travers la maîtrise des eaux de cet affluent, qui va permettre d’atteindre 75% environ d’amélioration de la maîtrise de l’eau ».

D’après lui, « il faut élever le plan d’eau pour la navigation car, elle est uniquement saisonnière alors que, ce que nous recherchons, est une navigation pour toute l’année ».

« Cela ne peut être possible qu’en creusant le chenal navigable mais cela sera renforcé par le niveau d’eau que Gourbassi (ouvrage à construire au Mali) va permettre » a laissé entendre Hamed Diane Senega.

Qui ajoute que « nous sommes dans une nouvelle configuration qui est permise aujourd’hui par plusieurs facteurs dont le plus important est la volonté politique des chefs d’Etat qui veulent que cette organisation soit à hauteur de mission par rapport à la demande de développement du bassin ».

D’autre part, il a souligné que « l’IAGF est une découverte importante car, l’ensemble des expériences que capitalise cette organisation, nous ont apporté une somme d’expériences ».

SBS/PON

Dans la même catégorie