ATOP DES ORGANISMES FORMES A ATAKPAME ATOP LE PROJET « CONCEPT TOGO OBJECTIF 0 » LANCE ATOP LE PREMIER MINISTRE A ECHANGE AVEC LES STRUCTURES IMPLIQUEES DANS LA GESTION DE LA SITUATION ANP Zinder abrite le Camp d’été 2020 des meilleurs élèves admis au BEPC à l’échelle nationale GNA Validation workshop on the updated child marriage toolkit opens in Kumasi GNA Hogbetsotso-Za 2020 postponed due to the Covid-19 Pandemic GNA President inspects works on COVID-19 treatment Centre GNA John Mahama is a man of his word” — Prof. Opoku-Agyemang GNA Exemplary Leadership must be reincarnated – Former Lecturer GNA CAGD launches “treasury hour” to enhance staff professionalism

L’Ordre national des infirmiers demande l’évacuation à l’étranger des infirmières violées à Kisenso


  16 Septembre      4        Société (22925),

   

 

Kinshasa, 16 Sept 2020, (ACP)-L’Ordre national des infirmiers choqué  par des actes de viol commis sur deux infirmières de la maternité la nuit du vendredi au samedi dernier au centre médical « Révolution » dans la commune de Kisenso , sollicite auprès du président de la République, Antoine-Félix Tshisekedi et du premier ministre Ilunkamba, l’évacuation rapide de ces deux pauvres dames à l’étranger pour une meilleure prise en charge médicale.

Le président national de cet ordre, Komba Djeko, a déploré ces actes odieux, soulignant : « Nous n’avons plus besoin de marcher. Ce qui s’est passé est vraiment désolant car, les appareils génitaux de ces deux victimes de viol sont détruits. On demande aux autorités de les emmener en des lieux sûrs ailleurs pour amortir le choc et leurs assurer une bonne protection ».

Il sied de rappeler qu’une audience en flagrance concernant huit prévenus a été ouverte le 14 septembre passé et le Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Matete a rendu son verdict mardi dernier selon lequel, deux sont acquittés pour absence d’indices de culpabilité, trois  renvoyés au tribunal pour enfants parce qu’ils sont mineurs et trois autres condamnés pour vol qualifié, extorsion et viol sous une peine unique de 20 (vingt) ans de servitude pénale chacun et une amande de 800.000 francs congolais. Ils doivent également payer l’équivalent en Frans congolais de 50.000 dollars à la partie civile à titre de dommages et intérêts, a-t-on ajouté.

Dans la même catégorie