MAP M. Bourita à Bamako porteur d’un message d’encouragement, d’amitié et de solidarité APS UN PROJET D’ASSISTANCE SOUS FORME DE TRANSFERTS MONÉTAIRES CIBLE PLUS DE 145.000 PERSONNES DANS 12 DÉPARTEMENTS APS MACKY SALL : « LE TER VA DÉMARRER DANS LES PROCHAINS MOIS » AIP Côte d’Ivoire –AIP / Le journal  » l’Inter  » rafle le prix du meilleur organe de presse de la CAIDP ANP Des journalistes ouest-africains en formation sur la lutte contre les crimes économiques et financiers ANP Rencontre des Cadres de la Communication : Les participants recommandent un rehaussement des subventions allouées au secteur APS LE PRÉSIDENT SALL PRESSE LE GOUVERNEMENT D’ACCÉLÉRER LES RÉFORMES DANS PLUSIEURS SECTEURS APS AGROÉCOLOGIE : DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE PEAUFINENT LEUR CONTRIBUTION À LA POLITIQUE AGRICOLE NATIONALE APS MAGAL 2020 : SONATEL RENFORCE SA PRÉSENCE APS VERS UN ALLÉGEMENT FISCAL POUR LA PRESSE ET LE TOURISME SUR LA PÉRIODE 2020-2021

LOUGA : UNE BONNE PLUVIOMÉTRIE, DES RENDEMENTS EN PERSPECTIVE (DRDR)


  27 Août      5        Société (23190),

   

Louga, 27 août (APS) – La région de Louga connait une meilleure pluviométrie comparée aux cinq dernières année, s’est réjoui, jeudi, le Directeur régional du développement rural (DRDR) Jean Paul Bampoky qui espère ’’une bonne production et un bon rendement cette année’’.

’’Cette année, il y a une bonne pluviométrie. On en est à 300 voire 400 millimètres à Louga. Les postes qui ont les hauteurs les plus élevées sont à 400 et les plus basses à 100’’, a-t-il dit.

M. Bampoky qui s’est entretenu avec l’APS a fait savoir que tous les postes sont excédentaires et que l’hivernage 2020 présente une meilleure pluviométrie par rapport aux cinq dernières années.

’’S’il pleut au mois de septembre, nous pourrons atteindre les 500 millimètres. Ce qui est rare dans la zone. Nous espérons aussi avoir une bonne production et un bon rendement cette année’’, a-t-il dit.

’’Actuellement tout est en place. Les producteurs ont semé que ce soit le niébé et l’arachide. Nous sommes sur les semis de pastèques qui vont se poursuivre jusqu’au mois de septembre’’, a-t-il rassuré.

Selon lui, la pastèque est une culture de secours pour les producteurs et dès décembre il y en aura beaucoup sur le marché.

S’agissant du mil, il a précisé que les producteurs en sont ’’au stade de tallage’’. Les premiers semis d’arachide sont au stade de montaison et de floraison tandis que le niébé est en phase de ramification.

Cependant, le DRDR a demandé aux producteurs de prévoir des bâches au cas où la pluie va continuer pour protéger les cultures de niébé et d’arachide.

Concernant la question phytosanitaire, Jean Paul Bampoky a avoué qu’une bonne partie de la région a connu des ’’problèmes de chenilles poilues’’. Une situation causée par la pause pluviométrique d’il y a deux semaines.

’’Nous sommes restés plus de 10 jours sans pluie et cela a favorisé l’éclosion de ces chenilles, mais avec les fortes pluies de ces derniers jours, cela a diminué’’, a-t-il rassuré.

Dans la même catégorie