AGP Gabon/Agriculture: Les ministres de la CEEAC en conclave à Libreville AGP Gabon/Education: La CONASYSED réclame les travaux du dialogue social AGP Gabon: Les centrales syndicales des agents publics lancent un mouvement d’humeur MAP Côte d’Ivoire/présidentielle : un mort et des blessés dans des affrontements MAP Hausse de 51% des engagements de la BAD en faveur des Etats fragiles sur 2014-2019 MAP Gabon : découverte des plus hautes mangroves du monde atteignant 60 mètres ANP Lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao : Concrétisation d’un projet longtemps attendu ! APS LES CHANTIERS DE L’OMVG RÉALISÉS À 95 % À KAOLACK (SG) APS MATAR BÂ PARTICIPE À UN SOMMET INTERNATIONAL SUR LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE GNA UN 75th Anniversary: Time for sober reflection

L’UCID est contre la décision de la Cour constitutionnelle sur la distribution de t-shirts et de masques


  23 Septembre      2        Santé (7741),

   

Mindelo, 23 sept (Inforpress) – Le président de l’Union indépendante et démocratique de Cabo Verde (UCID) a déclaré mardi à Mindelo qu’il n’était pas d’accord avec la décision de la Cour constitutionnelle qui n’a pas approuvé la décision de la CNE d’interdire la distribution de t-shirt et de masques dans la campagne électorale.
Interrogé par Inforpress sur la décision, António Monteiro a déclaré que « c’est une situation inhabituelle ». Il a reconnu que « les tribunaux ont le dernier mot sur les aspects juridiques » mais a déclaré que l’UCID comprend que « le code électoral est très clair et empêche la distribution de tout type de t-shirt « .
Le politicien a rappelé que le masque est un problème nouveau et que le Code électoral (CE) ne prévoyait pas ce problème. Selon António Monteiro, concernant la distribution des t-shirts , l’UCID accepte la décision de la Cour constitutionnelle (TC) mais n’est pas du tout d’accord.
«Nous parlons d’une loi approuvée par l’Assemblée nationale et d’une décision de la Commission électorale nationale (CNE) appuyée sur la base de la loi qu’est le Code électoral. Maintenant, nous acceptons que la Cour ait une autre analyse sur cette question, mais nous ne sommes pas d’accord », a déclaré António Monteiro.

Dans la même catégorie