APS LES COURS EN PRÉSENTIEL SUSPENDUS DANS LES UNIVERSITÉS POUR UNE SEMAINE AIP Législatives 2021: Le candidat RHDP félicite celui du PDCI-RDA à Daoukro AIP Législatives 2021: Le RHDP gagne trois sièges sur quatre à Aboisso et à Tiapoum ANP L’édition 2021 de la Journée Internationale de la Femme célébrée autour du « Leadership féminin dans un contexte de COVID-19 ANP Situation sociopolitique au Sénégal : La Commission de la CEDEAO appelle toutes les parties prenantes au calme et à la retenue ANP Violences post-électorales au Niger : La coalition « Bazoum 2021 » appelle à la préservation de la quiétude sociale APS LE COVID-19 DOIT AMENER A REPENSER LA PLACE DE LA FEMME, SELON UNE SPÉCIALISTE DU GENRE APS LA GENDARMERIE MET EN GARDE CONTRE LE PILLAGE DE SES CASERNES APS LES IBADOU RAHMANE LANCENT UN APPEL À LA RETENUE APS ALIOUNE BADARA CISSÉ À MACKY SALL : ‘’C’EST VOTRE VOIX QUE LE PEUPLE VEUT ENTENDRE’’

Lumumba – Kabila : tragique destin pour un même idéal (Jean Pierre Kanangila Muamba)


  15 Janvier      15        Société (29542),

   

Kinshasa, 15 janvier 2021 (ACP).- La clôture des   festivités ayant marqué les cinquante ans de l’indépendance de la RDC a été marquée, à l’initiative du Commissariat général du  Cinquantenaire, dirigé par le général major Denis Kalume Numbi, par une cérémonie spéciale et solennelle de reconnaissance des mérites  de nos deux héros : Patrice Emery Lumumba, Premier ministre du Congo indépendant assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga et M’zee Laurent Désiré Kabila  3èmePrésident de la République Démocratique du Congo assassiné le 16 janvier 2001.

 

A cette occasion, le ministère du Plan en collaboration avec le monde universitaire congolais avait organisé une cérémonie grandiose d’hommage aux deux héros nationaux. A l’ouverture de ce cérémonial d’hommage, le professeur  Leonard Mashako Mamba d’heureuse mémoire, alors ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) déclarait que : « cette commémoration constitue à nos yeux  une interpellation non seulement pour les Dirigeants, le peuple congolais et sa jeunesse en général  mais surtout  en particulier la jeunesse  universitaire que nous encadrons ».

 

Pour sa part, le coordonnateur du comité scientifique  du commissariat général du Cinquantenaire, le professeur historien Isidore Ndaywel è Nziem, avait relevé la coïncidence calendaire de ces deux événements funèbres. En effet, six  mois et dix-sept jours après le 30 juin 1960 le Congo perdait son premier Premier Ministre. Six mois et dix-sept jours après le 30 juin 2010, jours de la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance, le Congo perdait le 17 janvier 2001 son 3ème  Président.

 

Selon cet éminent scientifique congolais, l’histoire retiendra que  Simon Kimbangu est celui qui a restitué à l’homme congolais  sa dignité et son humanité, Patrice Emery  Lumumba se présente comme le père de notre nationalisme et Laurent Désiré Kabila est sans conteste au propre comme au figuré « le père de la renaissance du Congo ». Dans son discours d’hommage rendu au nom des universités, Mgr Tshibangu Tshishiku, président du Conseil d’administration des universités et ancien recteur magnifique de l’Université Lovanium et de l’Université nationale du Zaïre (UNAZA), avait évoqué le nationalisme de Patrice Emery Lumumba indiquant que dans « notre pays comme en Afrique, Lumumba est considéré parmi les grands nationalistes ».

 

Parlant de M’zee Laurent Désiré Kabila dans le cadre des hommages des Instituts supérieurs pédagogiques, le professeur Mbulamoko Nzenge, alors président du Conseil d’administration a noté en ce qui concerne la pensée politique de Lumumba : son panafricanisme, son nationalisme, son patriotisme jusqu’au sacrifice suprême. Laurent Désiré Kabila, renchéri –t-il, est le continuateur de la pensée de Lumumba.

 

Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila, même destin même combat, morts tragiquement et déclarés tous héros nationaux, a-t-il conclu.

 

Nestor Mpeye Nyango, président du Conseil d’administration des Instituts supérieurs techniques au nom desquels il s’exprimait n’a pas trouvé mieux que d’interpeller les consciences des Congolais cinquante ans après l’assassinat de Lumumba et dix ans après celui de Kabila. Les propos de Lumumba sont confinés dans la lettre à sa femme Pauline dans laquelle il affirme : « Tout au long de ma lutte pour l’indépendance de mon pays, je n’ai jamais douté un seul instant de la victoire finale de la cause pour laquelle je me suis battu moi et mes amis jusqu’au sacrifice suprême ». Par la création des « comités populaires », Laurent Désiré Kabila s’est présenté comme le père de la  démocratisation au Congo.

 

Examinant Lumumba et Kabila dans la pensée politique congolaise, les interventions spéciales ont retenu une certaine  similarité dans leurs pensées. Si pour Lumumba, l’impérialisme est un ogre qui dévore des peuples colonisés, pour M’zee la survie du Congo et de l’homme dans le monde ne sera garantie que par la mise à mort de l’impérialisme. Pour Lumumba, l’acte d’écriture de son propre histoire doit-être l’œuvre du Congolais lui –même. Pour M’zee, la prise en charge de soi par soi-même à partir d’une conscience claire est un devoir pour les Congolais.

 

Lumumba et Kabila sont marqués dans la pensée politique du Congo. Ils sont identifiés comme des modèles en quête d’avenir selon le professeur Kilanga Mushinde, recteur honoraire de l’Université de Lubumbashi (UNILU). Lumumba et Kabila sont vus comme une contribution à la renaissance africaine selon le Professeur Célestin Kabuya Lumuna. La convergence des visions de Lumumba et Kabila comme héros caractérisée par leur courage et leurs exploits exceptionnels, leur dévouement total et la défense d’un idéal, constituent les références pour les Congolais et pour les Africains.

Dans la même catégorie