AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 75è AG des Nations unies : Alassane Ouattara appelle à la prise de mesures « plus courageuses » pour soutenir les économies africaines AIP Côte d’Ivoire: Un tournoi de jeu de dames pour célébrer l’unité à Kani AIP Côte d’Ivoire-AIP/Visite d’Etat dans la Marahoué : la population souhaite la construction d’un nouvel hôpital à Sinfra LINA Ahead Of Senatorial Poll, Grand Kru Official Urges Youths To Embrace Peace LINA “Let’s Refocus, Readjust UN Priorities,” Pres. Weah Urges World Leaders LINA Pres. Weah Tells UNGA Gov’t Ever Determined To Address Liberia’s Socio-economic, Rights Issues ANG Especial 24 de Setembro/Presidente da República reitera que o objectivo comum dos guineenses é “ o desenvolvimento do país” ANG Especial 24 de Setembro/Presidente senegalês declara que almeja partilhar tudo com a Guiné-Bissau GNA Keta Landing Site will come to fruition-Transport Minister GNA Humans need nature to survive – Prof Frimpong Boateng

L’Unesco lance une consultation publique mondiale sur l’éthique de l’intelligence artificielle


  20 Juillet      9        Science (234),

   

Paris, 20/07/2020 (MAP)- L’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco), vient de lancer une consultation mondiale en ligne sur l’éthique de l’intelligence artificielle (IA).

Cette initiative donne à tout un chacun la possibilité de participer dans le monde entier aux travaux du groupe international d’experts mis en place par l’organisation onusienne. Composé des « plus grands experts mondiaux », ce groupe a été chargé de produire le premier projet de recommandation sur l’éthique de l’IA, qui sera soumis aux États membres de l’UNESCO pour adoption en 2021.

Si cette recommandation est adoptée, « ce sera le premier instrument normatif mondial à aborder les développements et les applications de l’IA », souligne l’Unesco.

« Il est essentiel que le plus grand nombre de personnes possible participent à la consultation, afin que les voix du monde entier puissent être entendues au cours du processus d’élaboration du premier instrument normatif mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle », explique Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

Vingt-quatre spécialistes de renom, ayant une expertise multidisciplinaire dans l’éthique de l’intelligence artificielle, ont été chargés d’élaborer un projet de recommandation de l’Unesco qui tienne compte des vastes répercussions de l’IA, notamment sur l’environnement et les besoins des pays du Sud. Parmi eux une Marocaine: Fatima Roumate, Docteur en droit économique international et européen, professeure de droit public à l’Université Mohammed V (Agdal-Rabat) et présidente de l’Institut International de la Recherche Scientifique (Marrakech).

« Avec cette consultation, l’Unesco invite les organisations de la société civile, les décideurs, le grand public, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les représentants des médias, du secteur privé, la communauté scientifique et toutes les autres parties prenantes intéressées à commenter le projet de texte avant le 31 juillet 2020 », souligne l’Unesco dans un communiqué.

Selon l’Organisation onusienne « il existe un besoin urgent d’un instrument mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle afin de garantir que les questions éthiques, sociales et politiques puissent être traitées de manière adéquate, tant en temps de paix que dans des situations extraordinaires comme la crise sanitaire mondiale actuelle ».

La recommandation de l’Unesco devrait définir des valeurs et des principes partagés et identifier des mesures politiques concrètes sur l’éthique de l’intelligence artificielle. Son rôle sera d’aider les États membres à s’assurer qu’ils respectent les droits fondamentaux de la Charte des Nations-Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Il s’agira aussi de s’assurer que la recherche, la conception, le développement et le déploiement de systèmes d’IA prennent en compte le bien-être de l’humanité, l’environnement et le développement durable.

Le projet de texte final sera présenté pour adoption par les États membres lors de la 41e session de la Conférence générale de l’UNESCO en novembre 2021, a-t-on précisé de même source.

Dans la même catégorie