AGP Sports-Scandale : Des sanctions exigées contre Amadou Diaby GNA National service personnel urged to venture into livestock rearing GNA Former MCE, five others file nominations for Hohoe NDC parliamentary primaries GNA Government committed to improve living conditions in rural areas – DCE GNA NPP leadership urged to work to protect existing parliamentary seats GNA Volta NDC to vet 63 aspirants for parliamentary primaries GNA Vegetable sellers lament over lack storage facilities for preservation AGP Gabon : Lee White visite les usines de transformation du bois de Port-Gentil AGP Gabon : Le Secrétariat exécutif du PDG en tournée nationale sous le sceau de la cohésion et de l’unité AGP Championnat national D3 : Panthères Christ Roi et Moanda FC débutent bien

Lutte contre la fraude des produits phyto : des techniciens agricoles et des forces de sécurité formés à San Pedro


Abidjan, 12 sept 2015 (AIP) – Une trentaine de Directeurs régionaux de l’agriculture et chefs de service, de douaniers et de gendarmes des régions frontalières de l’Ouest ivoirien ont reçu jeudi une formation à San Pedro en vue de mieux connaître la réglementation des produits phytosanitaires et pouvoir déceler et lutter efficacement contre la fraude et la contrefaçon en la matière.

Cet atelier était une initiative du ministère de l’agriculture et de l’Association des industries de production et de commercialisation des produits phytosanitaires de Côte d’Ivoire, dénommée Cropelife Côte d’Ivoire.

Les participants ont appris à identifier les entreprises et distributeurs agréés en Côte d’Ivoire, à connaître les arrêtés et décrets régissant le domaine, maîtriser les astuces pour répertorier un produit phyto non homologué ou contrefait, et connaître les techniques du bon usage des pesticides.

Le Directeur de la protection des végétaux, du contrôle et de la qualité (DPVCQ) du Ministère de l’agriculture, Silué Gnénéyéri, a déclaré que la fraude des pesticides, surtout dans la filière cacao, est estimée à 35% du volume des activités de ce secteur.

M. Silué a indiqué que l’ampleur de la fraude est telle qu’elle entraîne de nombreuses conséquences à différents niveaux, notamment des cas de rejet des produits agricoles d’exportations du fait de la présence de résidus de pesticides non homologués, les risques de pollution de la nappe phréatique et de l’environnement par l’utilisation de produits très toxiques.

Selon l’expert du ministère de l’agriculture la fraude sur les pesticides représente pour l’Etat « un manque à gagner très importants au niveau des recettes », et pour les firmes et sociétés de pesticides régulièrement reconnues par l’Etat ivoirien, elle représente « une menace pour les équilibres financiers ».

Le Directeur de la DPVCQ et des experts du domaine ont expliqué aux apprenants que les pesticides frauduleux que l’on laisse entrer sur le territoire ivoirien font peser de lourdes menaces de santé sur les populations qui peuvent s’empoisonner avec ces produits par ignorance.

Les douaniers et gendarmes ont été invités à redoubler de vigilance afin que ces produits ne puissent plus faire leur entrée par nos frontières terrestres où, a-t-on précisé, passe plus de 80% des produits frauduleux qui entrent en Côte d’Ivoire.

Cette formation a été déjà faite à Korhogo et à Abengourou. Après San Pedro, la même formation se fera au mois de décembre à Aboisso, la ville frontalière du Sud-Est, a-t-on appris.

jmk/kam.

Dans la même catégorie