APS DES FEMMES DE L’OPPOSITION DÉNONCENT L’ARRESTATION DE MILITANTES DE PASTEF APS LIGUE 1 : DIAMBARS REMPORTE LE DERBY DE LA PETITE-CÔTE ET CONSOLIDE SON FAUTEUIL DE LEADER APS BIENTÔT UNE ACADÉMIE DE LA MUSIQUE DÉDIÉE AUX FEMMES APS PROLONGATION DE L’EXPOSITION DÉDIÉE À LÉONARDO DE VINCI AU MCN 7 MARS APS « JIGEEN ÑI », DES INSTRUMENTISTES PASSIONNÉES À L’ASSAUT DE LA SCÈNE APS UN PREMIER ALBUM DE « JIGEEN ÑI » AVANT JUIN, UNE AMBITION DE CONQUÉRIR LE MONDE À TERME AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le PDCI veut garder Yamoussoukro comme bastion du parti AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le PDCI lance sa campagne à Port-Bouët sous le signe de la cohésion AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le candidat Ousmane Touré pour une campagne apaisée AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Ousmane Touré candidat pour servir davantage les populations du Denguélé

M. Zuma est allé trop loin dans le « mépris » de la justice sud-africaine (ONG)


  3 Février      17        Justice (1057), Politique (15396),

   

Johannesburg, 03/02/2021 -(MAP)- L’ancien président sud-africain, Jacob Zuma, est allé trop loin dans son mépris de la justice sud-africaine en refusant de respecter le jugement de la Cour constitutionnelle, a déploré mardi l’ONG sud-africaine Freedom Under Law.

« M. Zuma est allé trop loin. Lorsqu’il avait pris ses fonctions de président de notre pays, il a promis d’être fidèle à la République, d’obéir et de faire respecter la constitution et toutes les autres lois », a déclaré la directrice de Freedom Under Law, Nicole Fritz.

Elle a ajouté que son organisation attend avec impatience que la loi suive son cours concernant le refus de l’ancien président de répondre aux nombreuses allégations de corruption portées contre lui.

« L’opinion publique sud-africaine a vu M. Zuma s’efforcer à déployer des subterfuges dans une tentative désespérée d’éviter de répondre aux accusations », a soutenu Mme. Fritz.

Lundi, Zuma a affirmé qu’il ne compte pas coopérer avec la Commission judiciaire d’enquête sur la corruption qui l’avait invité à plusieurs reprises à assister à ses auditions.

Accusant le président de la Commission, le juge Raymond Zondo, de partialité, M. Zuma a souligné qu’il ne va pas respecter le jugement de la Cour constitutionnelle qui l’avait récemment obligé de comparaître devant la Commission anti-corruption.

La commission judiciaire a été mise en place pour enquêter sur le phénomène de la « capture de l’Etat » qui renvoie aux vastes détournements de fonds publiques par des hommes d’affaires, des politiciens et des fonctionnaires durant les deux mandat de M. Zuma (2009-2018).

En novembre dernier, la Commission avait envoyé une nouvelle convocation à l’ancien président pour l’auditionner après sa décision de quitter la commission sans autorisation durant sa première audition tenue quelques jours plus-tôt.

Cité dans de nombreux scandales politico-financiers, M. Zuma a été poussé à la démission en 2018 et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a promis d’éradiquer la corruption dans ce pays d’Afrique australe.

Dans la même catégorie