APS LES POPULATIONS INVITÉES À S’APPROPRIER SEN’EAU, « UN PATRIMOINE À 55 POUR CENT SÉNÉGALAIS’’ APS MÉDINA BAYE VA CÉLÉBRER LE MAOULOUD DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES (PORTE-PAROLE) APS LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE SAISI DU RAPPORT DE L’IGAJ SUR TÉLIKO APS REPLI DE 2, 5 % DU PIB AU 2E TRIMESTRE (ANSD) APS LES DÉCHETS PLASTIQUES, UNE « MENACE GRAVE » POUR LA PLANÈTE ET LES OCÉANS (PRÉSIDENT CAOPA) APS VERS UN UN GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE DU PROJET « DUNDËL SUUF’’ À SÉDHIOU APS LA BAD INTÈGRE LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DU FORUM MONDIAL SUR L’INVESTISSEMENT (COMMUNIQUÉ) APS GESTION DES ORDURES : LES PRN, UN PARI CONTRE LES ’’DÉPÔTS SAUVAGES’’ MAP Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie: trois morts MAP UEMOA : la croissance prévue à 1,3% en 2020

Mali : la CEDEAO va dépêcher une délégation pour le « retour immédiat » de l’ordre constitutionnel


  20 Août      10        Politique (11428),

   

Rabat, 20/08/2020 (MAP) – Les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont décidé, jeudi, au terme d’un Sommet extraordinaire par visioconférence, de dépêcher une « médiation de haut niveau » pour assurer le « retour immédiat de l’ordre constitutionnel ».

La CEDEAO a également réclamé « le rétablissement du président Ibrahim Boubacar Keita en tant que président de la République du Mali », a déclaré le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, président de la CEDEAO, à l’issue du Sommet.

Le chef de l’Etat nigérien a également annoncé la suspension du Mali de tous les organes de décision de l’organisation régionale avec effet immédiat conformément au protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance et ce, jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel.

« Nous décidons de la fermeture de toutes les frontières terrestres, aériennes ainsi que l’arrêt des flux et transactions économiques, commerciales, financières entre les pays membres de la CEDEAO et le Mali, à l’exception des denrées de première nécessité, l’électricité et le carburant et demandons à tous les partenaires de faire de même », a-t-il dit.

Les chefs d’Etats de la CEDEAO ont, en outre, demandé « la mise en œuvre immédiate d’un ensemble de sanctions contre tous les militaires putschistes avec leurs partenaires et collaborateurs ».

Le président Issoufou a aussi indiqué que des discussions devraient être engagées avec les militaires pour leur porter le message de la Communauté et leur faire comprendre que « le temps de prise du pouvoir par la force est révolu » dans la sous-région.

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a annoncé, dans la nuit de mardi à mercredi derniers, sa démission ainsi que la dissolution du parlement et du gouvernement, quelques heures après avoir été arrêté par des militaires mutins qui ont créé un « Comité national pour le salut du peuple ».

Dans la même catégorie