ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

Mali: Le Drian exclut tout dialogue avec les jihadistes


  26 Octobre      39        Politique (17870),

   

Bamako, 26/10/2020 (MAP) – En visite à Bamako, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé lundi qu’un dialogue n’est possible qu’avec les signataires des accords de paix, mais pas avec les jihadistes.

« Disons les choses très clairement: il y a les accords de paix et puis il y a les groupes terroristes qui n’ont pas signé les accords de paix (…) Les choses sont simples », a-t-il déclaré face à la presse.

Concernant la possibilité d’un dialogue avec les groupes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, il a souligné que la position de la France était celle « des pays du G5 Sahel, c’est la position de la communauté internationale, c’est la position du Conseil de sécurité » de l’ONU.

Pour sa part, le Premier ministre malien de transition, Moctar Ouane, a rappelé que le « dialogue national inclusif », vaste concertation nationale tenue fin 2019 au Mali, « a très clairement indiqué la nécessité d’une offre de dialogue avec les groupes armés ».

Il a estimé qu’il fallait voir en cette possibilité de dialogue « une opportunité d’engager une vaste discussion avec les communautés afin de définir les contours d’une nouvelle gouvernance des espaces ».

La France, qui déploie 5.000 soldats au Sahel, a réitéré après la mutinerie des militaires sa détermination à poursuivre le combat antijihadiste au Mali.

Le colonel Assimi Goïta, vice-président de transition, a lui aussi promis de gagner la « guerre » contre les jihadistes en exprimant son soutien à l’opération Barkahne, la Minusma et à la force du G5 Sahel.

Dans la même catégorie