MAP Covid-19 : le président sénégalais appelle au renforcement des contrôles systématiques du port du masque GNA Police beefs up security to protect ballot boxes at Adaklu ANGOP Covid-19 : Angola regista 207 recuperados e 68 novos casos APS THIÈS : ’’ESPACE NDUGU’’, UN PROJET POUR MODERNISER LE PETIT COMMERCE DANS LES QUARTIERS APS HAUSSE DES CAS DE COVID-19 : MACKY SALL DEMANDE LE RENFORCEMENT DES CONTRÔLES SYSTÉMATIQUES DU PORT DU MASQUE AIP La GESTOCI teste son dispositif de sécurité sur ses installations AIP Le nouveau directeur régional de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle veut accompagner les responsables d’établissement AIP le gouvernement burkinabé estime a hauteur de 113 millions d’euros le soutien de l’union européenne AIP Plus de 2200 nouvelles cartes nationales d’identité disponibles à Dimbokro AIP Bientôt des logements pour les agents des Eaux et Forêts à Songon

Mali: Le Drian exclut tout dialogue avec les jihadistes


  26 Octobre      16        Politique (13216),

   

Bamako, 26/10/2020 (MAP) – En visite à Bamako, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé lundi qu’un dialogue n’est possible qu’avec les signataires des accords de paix, mais pas avec les jihadistes.

« Disons les choses très clairement: il y a les accords de paix et puis il y a les groupes terroristes qui n’ont pas signé les accords de paix (…) Les choses sont simples », a-t-il déclaré face à la presse.

Concernant la possibilité d’un dialogue avec les groupes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, il a souligné que la position de la France était celle « des pays du G5 Sahel, c’est la position de la communauté internationale, c’est la position du Conseil de sécurité » de l’ONU.

Pour sa part, le Premier ministre malien de transition, Moctar Ouane, a rappelé que le « dialogue national inclusif », vaste concertation nationale tenue fin 2019 au Mali, « a très clairement indiqué la nécessité d’une offre de dialogue avec les groupes armés ».

Il a estimé qu’il fallait voir en cette possibilité de dialogue « une opportunité d’engager une vaste discussion avec les communautés afin de définir les contours d’une nouvelle gouvernance des espaces ».

La France, qui déploie 5.000 soldats au Sahel, a réitéré après la mutinerie des militaires sa détermination à poursuivre le combat antijihadiste au Mali.

Le colonel Assimi Goïta, vice-président de transition, a lui aussi promis de gagner la « guerre » contre les jihadistes en exprimant son soutien à l’opération Barkahne, la Minusma et à la force du G5 Sahel.

Dans la même catégorie