ANG Estudo revela que desnutrição contribui para a morte de 45 % de crianças menores de cinco anos ANG “Património Cultural do país exige uma requalificação ambiciosa”, diz a Secretária de Estado do Turismo e Artesanato ANG Lisboa quer “o nível máximo” com Bissau GNA Maj Mahama- Police did not rely solely on the video-Witness GNA Special Educators admits to low knowledge on cerebral palsy GNA Administrators urged to end “we are working on it” syndrome AIB Eau, Energie et Economie : L’Allemagne soutient le Burkina Faso avec 26 milliard de FCFA AGP Arrestation de deux passagers pour détention de faux passeports AIB Burkina: Vers l’instauration  d’un système efficace de protection des personnes vulnérables ANGOP Un message du Président angolais remis à son homologue chinois

Mali : Trois entreprises sur 10 détiennent des créances cumulées de 40 milliards FCFA sur l’Etat (étude)


  23 Février      34        Economie (24461), Entreprises (1272),

   

Rabat , 23 fév. 2016 (MAP)- Trois entreprises maliennes sur dix ont des créances cumulées de l’ordre de 40 milliards FCFA (environ 61 millions euros) sur l’Etat, selon une récente étude du Conseil national du patronat du Mali (CNPM).

Cette étude, dite ‘’baromètre de conjoncture des entreprises’’, traite, entre autres, des performances réalisées par les sociétés maliennes en 2015, de l’environnement des affaires, du cadre institutionnel et des priorités données par l’Etat aux attentes des entreprises.
Il ressort de ce document que ‘’ce sont les grandes entreprises (GE) et les très grandes entreprises (TGE) qui supportent la plus grosse part de ces créances (30 pc du montant de la dette sont dus à 19 GE et 46 pc à 9 TGE’’.
S’agissant des attentes des entreprises, le document indique que plus de la moitié des entreprises appelle l’implication de l’Etat pour améliorer l’environnement des affaires.
En priorité, les dirigeants d’entreprises attendent de l’Etat qu’il assure la stabilité politique et la sécurité intérieure. Ensuite, les attentes sont fortes dans les domaines touchant directement à l’environnement des affaires (les mesures fiscales, la sécurité juridique et judiciaire, les pratiques sur les marchés), souligne la même source.
Enfin, les chefs d’entreprises souhaitent de nouvelles mesures relatives à l’incitation à l’investissement et au développement des affaires (accès aux financements, aux partenariats, aux marchés et aux services non financiers), précise-t-on.
Au Mali, les principales entreprises économiques opèrent dans les secteurs d’exploitation minière, de télécommunication, de production et de distribution d’électricité, d’importation et de distribution des hydrocarbures et de vente de véhicules importés.

TB—BI.
SI.

Dans la même catégorie