GNA COVID-19 : 3331 PATIENTS SOUS TRAITEMENT GNA Shatta Wale, Stonebwoy join forces to crush Covid-19 GNA « I didn’t come to cause a mess in the music industry » – Shatta Wale GNA Stonebwoy calls for the need for musicians to join Covid-19 awareness drive AIP Côte d’Ivoire-AIP / Le lac aux caïmans de Yamoussoukro n’attire plus AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un ancien député raconte son vécu de la fête nationale, le 7 août 1960 AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le RHDP salue la nomination du Premier ministre Hamed Bakayoko ACI Plus de 100.000 candidats répartis en 389 centres affrontent le Bepc AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Années indépendances : Aspro Bernard, un souvenir musical encore vif à Agboville AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ Les explosions à Beyrouth ont fait plus de 100 morts (Croix-Rouge)

Mamou-covid-19: Cinq(05) responsables de bars et boites de nuit interpellés


  4 Juillet      14        Société (21471),

   

Mamou, 04 juil. (AGP)- C’est le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance (TPI) de Mamou qui confirmé la nouvelle.

 

Cinq (05) gérants, propriétaires de Bars et de boites de nuit, ont été interpellés par des agents du commissariat central de police de la ville carrefour.

 

Ils sont accusés d’avoir ouvert leurs lieux de réjouissance, malgré l’état d’urgence sanitaire décrété par le président de la République, professeur Alpha Condé.

 

Interrogé, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou, Elhadj Sidiki Camara a souligné :«Au cours de la soirée du jeudi, 02 juillet 2020, notre parquet a été saisi par le commissariat central de police de Mamou, d’un procès-verbal dressé contre les citoyens Mathos Haba, Mamadou Samba Boiro, Mamadou Djouldé Bah, Boubacar Kaba et Aboubacar Doukouré Sylla, pour rébellion.

 

Tous ces suspects sont gérants, propriétaires de bars et de bars-Dancing. Ils sont poursuivis pour avoir violé systématiquement les mesures édictées par Monsieur le président de la république, le professeur Alpha Condé, relatives à la fermeture momentanée des lieux de loisirs. Ils se sont, nonobstant ces mesures, obstinés à rouvrir leurs boites de nuit et bars-restaurants, qui sont bondés toute la nuit par des noctambules », a poursuivi le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou.

 

Aux dernières nouvelles, le dossier a été qualifié de flagrant délit, et le procès pourrait s’ouvrir mardi, 07 juillet.

Dans la même catégorie