AIP Côte d’Ivoire/AIP/Inter/ Covid-19: De nouvelles dates pour les JO 2020 fixées cette semaine AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un opérateur de téléphonie apporte son soutien aux chrétiens catholiques AIP Côte d’Ivoire-AIP/La croix rouge de Bouna entreprend une sensibilisation de proximité sur le Covid-19 ANP Niger : Fin de la grève des enseignants-chercheurs des universités publiques GNA Minister urges residents to comply with lockdown directives GNA COVID-19: UBA Ghana supports COVID-19 fight with 350,000 dollars GNA COVID-19: Advans Ghana announces grace period for loan clients GNA Restrictions on movements to contain Covid-19 take effect GNA Eight Nigeriens; two Burkinabes in quarantine test positive to new coronavirus APS COVID-19 : DEUX CAS GRAVES SIGNALÉS PAR LES AUTORITÉS SANITAIRES

Maradi : l’économie de la région fortement touchée par la fermeture de la frontière avec le Nigéria (direction régionale du commerce)


  31 Octobre      4        Entreprises (243),

   

Niamey, 30 octobre (ANP) – Le 20 Août dernier, la République Fédérale du Nigéria avait pris la décision de fermer toutes ses frontières avec les pays voisins. Officiellement, les raisons avancées sont d’ordre économique, le Nigéria étant étouffé par toutes sortes de contrebandes à partir des pays voisins, et qui nuisent dangereusement à son économie.

Aujourd’hui, un peu plus de deux (2) mois  que cette fermeture de frontières est en vigueur, les conséquences  se font déjà  sentir dans la région de Maradi qui exporte vers le Nigéria des produits agricoles et du bétail et importe plusieurs produits manufacturés  et des denrées comme le maïs.

Selon une étude de suivi d’impact de la fermeture de la frontière menée par la Direction Régionale du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé de Maradi,  dans la 1ère décade du mois d’octobre, l’économie de la région est durement  touchée car très dépendante de ses exportations vers le Nigéria. En effet, depuis quelques semaines,  on assiste à une baisse des prix des produits agricoles faute de débouchés.

Le chiffre d’affaire de producteurs et commerçants de céréale est en constante baisse. Par exemple, l’année dernière à la même période, la mesure (tia) de niébé coutait 850 FCFA alors qu’aujourd’hui la même tia est vendue à 550 FCFA, soit une baisse de 32%. Idem pour le souchet qui stagne sur les marchés nigériens avec à la clé une mévente à cause de la surabondance.

Les marchés frontaliers du Département d’Aguié connaissent une baisse d’affluence sans précédent. Les quelques rares acteurs qui arrivent à fréquenter les marchés contournent  la fermeture par de nombreuses pistes difficilement contrôlables qui existent tout au long de la frontière.

En termes de recettes de taxes de marché dans la commune de Dan Issa (localité frontalière), elles ont chuté de plus de 50%. Pour le transport des marchandises par les gros camions, le trajet s’arrête  non loin de la frontière quel que soit le côté où l’on se trouve. Les transporteurs procèdent au transbordement à distance avec les petits véhicules comme relais. La marchandise est transférée dans un autre  camion similaire situé de l’autre côté de la frontière par des petits véhicules adaptés aux pistes de contournement ou à moto.

Un autre rapport de la Direction Régionale du Commerce et de la Promotion du Secteur privé  de Maradi fait ressortir la baisse drastique des recettes douanières au niveau du bureau des Douanes de Dan Issa. Ainsi, pour la période du 1er au 10 août 2019, sur une prévision de 78.096.805 FCFA, 18.554.797 FCFA ont pu être encaissés, soit 23,75%. Du 1er au 10 septembre 2019,  sur une prévision de 157.754.584 FCFA, 13.278.308 FCFA a été encaissé, soit 8,41%. Le prix des céréales comme le sac de  maïs a connu une hausse de 5% (de 15.750 à 17.500 FCFA).

AT/KPM/ANP/ 174 Octobre 2019

Dans la même catégorie