AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un nouveau produit proposé à la dégustation des amateurs ANP Le Chef du Gouvernement nigérien s’entretient avec l’Ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite au Niger AIP Côte d’Ivoire AIP/ Des habitations effondrées font des blessés graves dans un village de Prikro AIP Côte d’Ivoire-AIP/OISSU 2021: le collège du parc de Bouna vainqueur départemental AIP Côte d’Ivoire-AIP / Plus de 400 producteurs de café cacao primés à Oumé ANP Le Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou reçoit l’Ambassadeur des État-Unis d’Amérique au Niger ANP Le Président Mohamed Bazoum au Nigeria : Une visite axée sur le renforcement de la coopération bilatérale GNA Ghana among countries of relative peace in Africa, says ex-head of UN peace operations GNA Police Ladies FC labours to pick a point against Sea Lions at home GNA Tema GHS to mark Child Health Promotion Week

Marrakech : Immersion dans l’univers artistique d’Isabel Alonso Vega et Bence Magyarlaki


  27 Février      13        Arts & Cultures (1556),

   

Marrakech, 26/02/2021 (MAP)- La fondation « Montresso » présente actuellement, à Jardin Rouge à Marrakech, une exposition exceptionnelle d’œuvres singulières des artistes espagnole, Isabel Alonso Vega et hongrois, Bence Magyarlaki

Baptisée « Entre-deux corps », cette manifestation de haute facture, qui se poursuit jusqu’au 31 mars prochain, représente un projet des résidences des deux artistes au Maroc.

« Chacun des artistes interroge, de manière singulière, l’expérience de notre être au monde. Si l’être conscient est au monde par son corps, il l’est aussi par des pulsions et des affects », lit-on dans un communiqué de la fondation.

« Ce sont ces différents fragments que donnent à voir Isabel Alonso Vega et Bence Magyarlaki », souligne la même source.

A Jardin Rouge, Isabel Alonso Vega expérimente différents médiums et immortalise dans ses sculptures et ses dessins l’intangible, l’incertain. « Ses œuvres scrutent nos rapports à la peur et aux souffrances. Elles fonctionnent comme un piège à regard, ses figures sont des abstractions de la réalité. Elles sont les agrégats de lieux lumineux et étrangement beaux, de corps déliés et quelque peu effrayants… », relève le communiqué.

Et de poursuivre qu’au cours de sa première résidence au Maroc, Bence Magyarlaki s’est intéressé, lui, au rapport du corps et de l’architecture, en explorant la tension entre le confinement architectural et le corps matériel.

« Dans un processus intuitif d’unification du langage, l’artiste utilise la mémoire corporelle comme lieu de production », conclut la même source.

Dans la même catégorie