ACP Arrivée à Kinshasa du Sous-secrétaire d’Etat adjoint des USA au Droits de l’homme ACP Un programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités en RDC GNA JobHouse Recruitment Agency celebrates three years partnership with Uber Ghana GNA Do not pride yourselves in the overall WASSCE passes GNA AOMC assures consumers of quality service delivery AIP Côte d’Ivoire/ Secteur des mines : Bientôt la création de cinq nouveaux chantiers écoles à l’intérieur du pays (Ministre) AIP Côte d’Ivoire/ Le centre céramique de Katiola sensibilise sur les opportunités d’emplois pour la jeunesse AIP Côte d’Ivoire/ Le COSIM change de dénomination APS CAN 2019 : « LES ATTAQUANTS SERONT LES MEILLEURS ALLIÉS DES GARDIENS DE BUT » (CHEIKH SECK) APS CAN 2019 : AVEC EDOUARD MENDY ET LES AUTRES GARDIENS, LES LIONS PARÉS DERRIÈRE POUR ALLER LOI

MASSACRE DE PEULS À OGASSAGOU : LE FORUM RÉGIONAL AFRICAIN D’AMNESTY INTERNATIONAL DEMANDE UNE COMMISSION D’ENQUÊTE


  25 Mars      36        Securité (5135),

   

Dakar, 24 mars (APS) – Le Forum régional africain d’Amnesty international, réuni à Dakar samedi et dimanche,  »condamne fermement » l’attaque meurtrière perpétrée samedi, contre le village peul d’Ogassagou au centre du Mali et appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d’enquête.

Plus de 130 personnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants, et de nombreuses autres blessées au cours de cette attaque.

Dans son communiqué reçu à l’APS, le Forum  »appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les faits et faire juger les responsables de ce massacre ».

Le Forum régional qui réunit les directeurs et présidents des sections africaines et des bureaux régionaux d’Amnesty international en Afrique rappelle que depuis plus d’un an, le centre du Mali connait des violences meurtrières.

Il rappelle aux autorités et à la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)  »l’impératif de protection des populations, et insiste pour que la lutte contre l’impunité des graves violations des droits humains soit au cœur du processus d’apaisement de la situation dans le pays ».

Après le massacre dans le village peul, le gouvernement malien a décidé de limoger plusieurs haut-gradés de l’armée et de dissoudre la milice dogon Dan na Amassagou, accusée d’avoir mené cette attaque, considérée comme la plus meurtrière depuis le début de la crise au Mali, en 2012.

Dans la même catégorie