AIP Côte d’Ivoire/JIF 2019 dans le Bounkani: D’importants dons offerts aux groupements féminins AIP Un nouveau bureau MCC chargé de l’égalité entre les genres ouvert en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Deux monuments en construction pour embellir Touba AGP Le Maroc sollicité pour la mise en place d’un Institut supérieur de formation agricole au Gabon AIP Côte d’Ivoire/ Un atelier sur le droit communautaire UEMOA à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des séances de dépistage du cancer du col de l’utérus à Yamoussoukro Inforpress Moradores de Cidadela vão pedir na justiça suspensão das actividades do posto de combustível da Enacol Inforpress Bolsa de Acesso à Cultura vai financiar mais 70 escolas e associações a nível nacional Inforpress Porto Novo: Rede de água contempla centena de famílias em Lombo Figueira, Ribeirão Fundo e Água das Caldeiras AIP La Première dame de Côte d’Ivoire appelle à l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin

MASSACRE DE PEULS À OGASSAGOU : LE FORUM RÉGIONAL AFRICAIN D’AMNESTY INTERNATIONAL DEMANDE UNE COMMISSION D’ENQUÊTE


  25 Mars      32        Securité (5043),

   

Dakar, 24 mars (APS) – Le Forum régional africain d’Amnesty international, réuni à Dakar samedi et dimanche,  »condamne fermement » l’attaque meurtrière perpétrée samedi, contre le village peul d’Ogassagou au centre du Mali et appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d’enquête.

Plus de 130 personnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants, et de nombreuses autres blessées au cours de cette attaque.

Dans son communiqué reçu à l’APS, le Forum  »appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les faits et faire juger les responsables de ce massacre ».

Le Forum régional qui réunit les directeurs et présidents des sections africaines et des bureaux régionaux d’Amnesty international en Afrique rappelle que depuis plus d’un an, le centre du Mali connait des violences meurtrières.

Il rappelle aux autorités et à la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)  »l’impératif de protection des populations, et insiste pour que la lutte contre l’impunité des graves violations des droits humains soit au cœur du processus d’apaisement de la situation dans le pays ».

Après le massacre dans le village peul, le gouvernement malien a décidé de limoger plusieurs haut-gradés de l’armée et de dissoudre la milice dogon Dan na Amassagou, accusée d’avoir mené cette attaque, considérée comme la plus meurtrière depuis le début de la crise au Mali, en 2012.

Dans la même catégorie