ACP Neuf  nouveaux cas confirmés de  maladie à virus Ebola enregistrés lundi  au Nord-Est de la RDC GNA Suzuki plans production plant for Ghana GNA Financial sector needs professionals with integrity- Osei Gyasi GNA Ghana, Guinea to sign cooperation agreement on bauxite development ACP Ouverture de la 31ème session de l’IDAK à Lubumbashi ACP Réunion du comité de pilotage du projet PADIR prévue le 22 mars 2019 ACP M. Laya Sinsu désigné directeur général ad intérim à la SCTP GNA Armed Forces inaugurate Multipurpose Hall in Kumasi GNA Opanka The underrated rap gem GNA Footballer, driver’s mate remanded for robbery

Mawazine 2017: Pour leur première en Afrique, les mutants d’Ibibio Sound Machine affolent Bouregreg


Par Farouq EL ALAMI

Rabat, 17/05/2017 (MAP) – Le collectif afro-londonien Ibibio Sound Machine, qui s’est produit mardi soir sur la scène Bouregreg, a livré un show complètement déjanté à l’occasion de sa première performance sur le sol africain dans le cadre de la 16ème édition du Festival Mawazine Rythmes du Monde.

Tout au long du concert, la chanteuse Eno Williams a saisi chaque instant de répit entre deux morceaux pour dire tout son amour au public marocain et sa joie de se produire à Bouregreg, invitant l’assistance à brandir les torches de leurs téléphones mobiles pour « illuminer la ville des lumières ».

Porté par la voix puissante et syncopée de la chanteuse anglo-nigériane, le groupe aux sonorités bigarrées a offert au public R’bati une prestation frénétique avec des rythmes accrocheurs consistant en un savant mélange de percussions, d’accords funk et de synthé, le tout ponctué par les longs solos du guitariste Kari Bannerman, un adepte des pédales « Wah-wah » dont les effets épousent parfaitement les mesures funks du groupe.

Pendant une heure et demi, le groupe londonien punk-electro aux inspirations africaines a enchainé ses plus célèbres compositions, dont « The Talking Fish », « Give Me A Reason » avant de conclure sur son fameux « The Pot Is On Fire », et ce dans une interaction continue avec un public qui est sorti lessivé au bout d’un spectacle exaltant.

Ibibio Sound Machine est apparu de nulle part il y a trois ans sur la scène londonienne qu’il a su conquérir par ses compositions futuristes. Le dernier album du groupe, « Uyai » mêle avec beaucoup de punch synthés, nappes et percussions, brouillant les repères et donnant à la disco mutante d’Ibibio Sound Machine des allures de voyage dans l’espace et le temps.

Sur la scène Bouregreg, c’est une déclaration d’amour que fait Mawazine à l’Afrique, riche de traditions musicales ancestrales et de métissages époustouflants.

Ce somptueux site de la capitale donne rendez-vous chaque année aux amateurs de musique africaine pour vibrer aux rythmes des plus belles sonorités du continent noir.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 16-ème édition du festival Mawazine, organisé par l’association Maroc-Cultures, prévoit des concerts hauts en couleurs proposant un véritable feu d’artifice de styles musicaux et de rythmes.

Neuf jours durant, les six scènes du festival (OLM-Souissi, Nahda, Salé, Théâtre National Mohammed V, Bouregreg, et Chellah) seront le théâtre de rencontres inoubliables entre des fans exaltés et les plus grandes stars de la musique.

Dans la même catégorie