AGP Dubréka-Société : Incendie au poste de gendarmerie de Tobolon AGP Dubréka-Sécurité : Saisie de viande séchée AGP Guinée/Santé : 33.279 enfants vaccinés contre la poliomyélite sur une population cible de 32.468 AGP Guinée-Santé/ Lancement de la campagne de vaccination de masse contre la COVID 19 AGP Guinée-Education : Le Japon inaugure un collège A Mankountan dans Boffa AGP Guinée-Société : Plaidoyer pour la publication des textes d’application de l’article 144 du code minier GNA Monitoring hazardous substances is incomplete without EPA-Dr Kokofu GNA Religious Minister encourages Ghanaians to take COVID-19 vaccine GNA ArtRight Foundation donates to CCTH children’s ward GNA Customs Officials undertake COVID-19 Vaccination

MBOUR 4 EXTENSION : LES HABITANTS SOUHAITENT UNE RÉGULARISATION BASÉE SUR UN RECENSEMENT DE 2018


  29 Janvier      14        Société (29506),

   

Thiès, 29 jan (APS) – Le collectif des habitants de Mbour 4 Extension a proposé vendredi la poursuite du processus de régularisation de la zone qu’ils occupent dans la forêt classée de Thiès, sur la base du recensement des 2.500 parcelles, effectué en 2018.

Le Collectif réagissait à un communiqué de presse daté du jeudi, et dans lequel le préfet de Thiès ‘’invite toute personne détentrice, dans la forêt classée de Mbour 4, d’une notification d’attribution du receveur des Domaines, et dont la parcelle fait présentement l’objet d’une occupation, à se présenter à la préfecture, munie dudit acte’’.

Le communiqué s’adresse aussi à toutes les personnes détentrices d’un acte de vente concernant aussi bien l’intérieur que l’extérieur de la forêt classée, et dont les travaux sont en cours ou sont achevés, relève la même source.

Cette action fait suite à la suspension des opérations de démolition qui avaient été entamées par la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (DSCOS) sur ce lotissement érigé sur une partie de la forêt classée de Thiès.

Environ 300 maisons ont été dernièrement démolies au quartier Mbour 4 Extension dans le cadre de cette opération, selon les membres du Collectif des habitants.

Dans ledit communiqué, invite a été lancée aux titulaires d’actes administratives de les déposer à compter de ce vendredi jusqu’au lundi. ‘’Passé ce délai, aucun dépôt ne pourra être accepté’’, poursuit le document.

‘’Nous demandons au préfet de travailler sur la base de ce recensement’’, a dit le vice-président du Collectif, Amadou Dia, relevant que suite au communiqué du préfet, des documents ‘’peuvent provenir de n’importe où’’.

Se disant surpris par ce communiqué, il a dit craindre ‘’que le nombre initialement déclaré soit dépassé de très loin’’, avec des risques de voir des gens ‘’se glisser à l’intérieur’’.

‘’La meilleure manière, c’est venir trouver les populations sur place, de demander leur nom’’, a-t-il estimé, ajoutant que le collectif fera un communiqué dans ce sens afin que les occupants de Mbour 4 transmettent leurs documents au collectif qui, après vérification sur le registre de recensement déjà existant, le transmettra à la préfecture.

Le président du collectif, Souleymane Diémé qui a dit opter pour une ‘’demande collective’’ de régularisation, a annoncé qu’il sera demandé aux 2.500 personnes concernées par le pré-recensement de 2018, ordonné par l’ancien préfet Fodé Fall, de remettre au collectif, de leur pièce d’identité et leur numéro de recensement.

‘’Nous interpellons directement le Président de la République pour qu’il nous dise ce qui a été prévu pour les victimes des démolitions de Mbour4’’, a dit Amadou Dia. Le collectif n’ayant ‘’jusqu’à présent (…) pas entendu le Président parler de la situation à Mbour 4’’, reste ‘’dans l’expectative’’.

Il s’est dit préoccupé par le fait qu’il n’y a jusqu’à présent pas eu de décret sur cette question, qui n’a pas été mentionnée non plus dans le dernier communiqué du Conseil des ministres.

S’y ajoute que tout d’un coup, le préfet a sorti le communiqué en question, a-t-il noté, invitant les autorités administratives à impliquer le collectif dans les travaux de régularisation.

Selon lui, la structure agissant au nom des populations était conviée à des rencontres avec le préfet et un travail de recensement avait été entamé avec le service du cadastre, avant que n’intervienne tout d’un coup l’opération de démolition. Depuis lors, les contacts entre le collectif et les autorités ont été ’’rompus’’, a-t-il relevé.

Au sujet des personnes dont les maisons ont été détruites, elles bénéficient de l’aide de bonnes volontés, a noté le responsable.

Dans la même catégorie